L’eau thermale de Mugara, une source d’attraction touristique


Cette eau chaude qui arrose les palmeraies, les champs de maïs, de haricot et la belle nature de Gatete en général, est l’une des richesses que regorge la commune et province de Rumonge au sud du Burundi. C’est un lieu de détente pour les uns, de guérison pour les autres et une source de revenus pour la commune et la province.



Par: Isanganiro , lundi 7 décembre 2015  à 12 : 59 : 52
a

Si vous voulez vous baigner un jour dans l’eau thermale de Mugara, il suffit d’emprunter la route Rumonge-Nyanza-Lac. Juste à environ 11 kilomètres de Rumonge, prendre la petite route vers l’Est en passant par de jolis champs de palmiers à huile. Six kilomètres plus loin, on arrive dans la vallée où se trouve le site de cette eau spéciale.

Une piscine a été érigée où se baignent les gens. A presque chaque instant de la journée, du lundi au dimanche, des hommes, des femmes, des jeunes, des enfants etc, se rencontrent dans cette eau comme s’ils s’y étaient donnés rendez-vous. Mais les femmes ont quand même une journée spéciale qui leur est offerte, c’est le mercredi, de 12 heures à 16 heures. Là, elles sont seules et peuvent se mettre à l’aise en dehors des regards indiscrets. Une jeune femme qui travaille à cet endroit témoigne qu’à ce moment précis, elles sont plus nombreuses.

« Mais plus nombreuses encore sont les personnes qui affluent au site les weekends. Elles peuvent même atteindre une centaine », dit-elle.

D’autres personnes qui visitent en masse cette eau rare sont des gens regroupés dans des clubs sportifs. « Ils viennent aussi les samedis et les dimanches, mais ils peuvent également se fixer un autre rendez-vous au milieu de la semaine ».

Un natif de la localité en la personne de Pierre Nzokirantevye raconte qu’avec l’aménagement du site, l’affluence des visiteurs avait sensiblement augmenté. Il regrette néanmoins que les étrangers ne viennent plus en grand nombre depuis le début de la crise politico-sécuritaire.

Ce constat est partagé par le conseiller communal de Rumonge chargé du développement. Ferdinand Niyokindi indique toutefois que l’aménagement du site qui a été fait n’est qu’un début. « Nous comptons dans l’avenir ériger deux autres piscines, pour qu’il y en ait trois au moins au total : l’une pour les hommes, l’autre pour les femmes et une troisième pour les enfants » renseigne-t-il.

Monsieur Niyokindi dit que l’eau thermale de Mugara est une force d’attraction pour les touristes, nationaux et étrangers. Il ajoute qu’avec cette richesse naturelle, la commune gagne de l’argent mais aussi des amis au niveau diplomatique.

Habituellement, les burundais qui se baignent dans l’eau thermale de Mugara payent chacun 1000 francs, exception faite pour les natifs de Gatete (lieu du site) qui payent 500. Les étrangers, eux, versent une somme de 5000 francs chacun.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

527 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation



a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !





Les plus populaires
Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 15 %)

Le Parcem s’inquiète sur la rapide intégration régionale en Afrique de l’Est ,(popularité : 5 %)

Bujumbura, tout véhicule sous l’œil de la Mairie ,(popularité : 4 %)

Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 4 %)

Bubanza, la population exhortée à ne pas gaspiller les récoltes ,(popularité : 4 %)

La banque mondiale prête à financer le projet d’infrastructures de transport sur le Lac Tanganyika,(popularité : 4 %)

Burundi : Le maïs en disparition à Mwaro,(popularité : 4 %)

Rumonge : La nouvelle loi sur la pêche au centre des échanges,(popularité : 4 %)

Qui va financer le budget de l’Etat burundais en 2016 ?,(popularité : 4 %)

Les organisations ayant des comptes en devises dans les banques commerciales ont jusqu’au 31 mars pour les ouvrir à la BRB ,(popularité : 4 %)