Les moyens limités, handicap de l’enseignement au Burundi


Ce lundi, 7 décembre 2015, la ministre de l’éducation répondait aux questions orales des députés. De multiples problèmes au sein de l’enseignement ont été relevés et la ministre donnait comme cause, l’insuffisance de moyens de l’État.



Par: Isanganiro , lundi 7 décembre 2015  à 18 : 34 : 44
a

Au cours d’une descente sur terrain effectuée du 14 au 15 octobre dernier, les députés disent avoir été témoins des problèmes qui menacent l’enseignement de qualité.

Dans certaines écoles, les élus du peuple évoquent l’insuffisance de bancs pupitres, de livres, d’enseignants et la surpopulation des classes surtout dans la formation fondamentale. La ministre Ndirahisha reconnaît l’existante de tous ces défis. Cependant, elle explique qu’ils ne se posent pas de la même façon à toutes les écoles.

Pour ce qui est de la surpopulation des classes, elle indique que certaines atteignent 200 élèves, alors que, selon les endroits, d’autres ont moins de 50.

Par rapport à l’insuffisance de bancs pupitres et de livres, madame Ndirahisha dit que le gouvernement, soutenu par le Fonds Commun de l’Enseignement, essaie de faire son mieux pour rendre disponible ce matériel, mais ses moyens restent limités.

Selon la ministre, le recrutement des enseignants posent problème à différents niveaux. D’ abord, l’insuffisance des moyens de l’État qui recrute un nombre d’enseignants inférieur aux besoins exprimés. Elle donne l’exemple que l’année scolaire 2015-2016, l’enseignent fondamentale a besoin de 5857 enseignants, mais que le gouvernement a donné l’accord de recruter seulement 2000. Ensuite, elle dénonce la corruption dans le recrutement et demande le soutien des députés pour mettre en place les critères objectifs de recrutement.

Les députés se sont montrés critiques des enseignants qui enseignent les langues qu’ils ne savent pas. Selon eux, la formation de quelques semaines n’est pas suffisante. Rwasa Agathon, premier vice-président de l’Assemblée Nationale estime que le gouvernement devrait mettre en place un programme de formation pour le renforcement des capacités des enseignants. "Les moyens limités de l’État en sont l’obstacle car les enseignants demandant des perdiems " a souligné, la ministre de l’éducation.

A l’inquiétude des députés sur l’orientation des 140000 élèves de la 9ème fondamentale et de 74000 élèves de la 10ème, Janvière Ndirahisha indique que 70% de ceux qui sont en 9ème fondamentale et 70% de ceux qui sont en 10ème classique seront orientés. Les autres, poursuit-elle, iront dans les écoles techniques. Le problème étant que 56 communes ne disposent pas d’écoles techniques. Le reste se débrouillera en mettant pratique ce qu’ils ont appris à l’école, a souligné la ministre de l’éducation.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

383 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 9 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 9 %)

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille,(popularité : 9 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 9 %)

Aucun retrait sur les comptes de Maison Shalom et de Barankitse,(popularité : 9 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 8 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 8 %)

Une des facultés à l’Université du Burundi est en grève il y a un mois,(popularité : 8 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 8 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 8 %)