Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Bruxelles abrite des consultations cruciales pour Bujumbura




Par: Isanganiro , mardi 8 décembre 2015  à 13 : 12 : 19
a

Il s’est ouvert à Bruxelles ce mardi 8 décembre 2015 des consultations pour parler de l’avenir de la coopération entre l’Union européenne et le Burundi. L’article 96 de l’accord de Cotonou est parmi les sujets qui seront abordés dans ces assises. Au menu se trouvent également la réouverture des médias privées, la sécurité pour les journalistes et les défenseurs des droits de l’homme, une justice équitable, et d’enquêtes sérieuses sur les allégations de torture et/ou d’exécution extrajudiciaire, la reprise d’un dialogue inclusif sous médiation internationale et la mise en place d’un plan de sortie de crise. Sur le volet sécuritaire, l’UE demande la poursuite du désarmement en présence d’observateurs. Le désarmement de toutes les forces autres qu’issues la police et l’armée.

Sur tous ces points, Bujumbura, qui a eu plusieurs semaines pour se préparer, doit donc présenter à l’Union européenne des propositions de solutions. Ensuite deux issues possibles : soit les deux parties s’entendent et établissent une feuille de route dont l’application pourra être évaluée régulièrement, soit il n’y a pas d’accord possible et l’UE s’oriente vers des sanctions qui peuvent aller de la suspension de quelques programmes à une rupture totale de coopération. Dans cette hypothèse, une résolution pourrait être soumise au Conseil de l’UE au cours du mois de janvier.

Les consultations sont conduites du côté de l’union européenne par le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bert Koenders, et le commissaire européen au développement, Neven Mimica. Du côté burundais, c’est le chef de la diplomatie Alain Willy Nyamitwe qui conduit la délégation composée de dix-huit personnes.

L’Union européenne attend en tout cas des gages de bonne volonté en précisant que ce n’est pas une ouverture d’une négociation. Mais ces dernières semaines, Bujumbura, sous pression, n’a pas infléchi sa ligne pour autant.

Le chef de la diplomatie burundaise a indiqué avant la réunion qu’ils ne sont pas allés au tribunal mais plutôt pour rencontrer et discuter avec des partenaires. Après avoir traîné des pieds, Bujumbura semble prendre la procédure au sérieux. En témoigne l’ampleur de la délégation présente à Bruxelles, six ministres et une vingtaine de personnes au total. En somme Bujumbura ne va pas seulement pour donner des gages, mais compte bien également faire entendre ses arguments.

A noter que l’enjeu est de taille car l’aide européenne représente environ 20% du budget de l’Etat burundais.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

285 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 45 %)

Muyinga : La Tanzanie et le Burundi clarifient leurs frontières ,(popularité : 12 %)

Evêques catholiques : Année du pardon de Dieu au Burundi,(popularité : 11 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 10 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 10 %)

Le refoulement d’Alexis Sinduhije serait retardé d’une semaine ,(popularité : 10 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 10 %)

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR,(popularité : 10 %)

La recherche du troisième mandat paralyse l’Assemblée Nationale,(popularité : 9 %)

Vers la restriction des libertés publiques ,(popularité : 9 %)