Les 28 putschistes comparaissent en audience publique


Les juges de la cours suprême en itinérance à Gitega ont siégé en audience publique dans les enceintes de la cours d’appel de Gitega ce lundi. Dans cette audience, les prévenus disent qu’ils n’ont pas encore vu leur dossier. Les prévenus déplorent les conditions de détention inhumaine dans lesquelles ils se trouvent depuis le mois d’octobre.



Par: Isanganiro , mardi 15 décembre 2015  à 09 : 49 : 30
a

Les 28 auteurs du putsch manqué du 13 mai 2015 ont comparu en audience publique devant les juges de la cours suprême en itinérance dans les enceintes de la cours d’appel de Gitega ce lundi.

Le président du siège a signifié à chacun le chef d’accusation qui était le même pour tout les prévenus : "Toi tel, à Bujumbura, le 13 et le 14 mai, tu as exécuté le putsch, distribué les armes à la population, tué les policiers , les militaires et les civiles", ce qui est puni par l’article 546 et 213 du code pénal.

L’autre chef d’accusation est la démolition des bâtiments qui est puni par l’article 222 du code pénal.

Aucun prévenu n’a accepté d’entrer dans le fond du dossier. Ils font savoir que non seulement ils ne l’ont pas encore consulté, mais aussi que ce chef d’accusation est nouveau pour eux. Ils veulent avoir le temps de consulter leur dossier en compagnie de leurs avocats.

La défense est aussi revenue sur le fait qu’elle n’a encore reçu le dossier et qu’il reste toujours difficile de rencontrer leur client, ce qui complique la préparation pour l’audience. Cette allégation est rapidement rejetée par le ministère public qui dit que les avocats savaient depuis 2 semaines que les dossiers étaient disponibles. Il a demandé au siège de ne pas tomber dans le piège des avocats de la défense. Il lui demande d’entrer plutôt dans le fond du dossier.

Aussi, la défense indique que la présence des policiers lourdement armés dans la salle d’audience intimide les prévenus. Elle demande que ces policiers restent à l’extérieur pour les prochaines audiences. Le ministère public a promis que prochainement, il n’y aura que 5 policiers à l’entrée et que les autres devront rester à l’extérieur.

Ces prévenus déplorent aussi les conditions de détention inhumaine dans lesquelles ils se trouvent.
Le président du siège a alors décidé qu’à partir de ce moment, ces prévenus vont recouvrer les mêmes droits que les autres prisonniers.

Dans cette audience, la partie civile constituée par la radio rema FM et le parti CNDD-FDD a comparu par le biais de leurs avocats pour demander des dédommagements mais le juge leur a demandé d’atteindre qu’ils entrent dans le fond du dossier.

L’audience devrait se poursuivre ce mardi et ceux qui allaient comparaître sont au nombre de 7 dont le Général Major Cyrille Ndayirukiye.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

915 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Certains droits des métis burundo-européens ignorés »



a

Massacre des Banyamulenge : « 15 ans après, la communauté internationale s’est tue »



a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’





Les plus populaires
« Certains droits des métis burundo-européens ignorés » ,(popularité : 13 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 10 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 8 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 6 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 6 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 6 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 6 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 5 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 5 %)

HRW en faveur des internautes ,(popularité : 4 %)