Un religieux appelle les parties au dialogue sans condition


Un des représentants de la Communauté Islamique du Burundi (COMIBU) qualifie de déplorables les violences du week-end dernier dans la capitale Bujumbura. Sheikh Haruna Jérome Nkunduwiga se dit très indigné et appelle les parties à commencer le dialogue immédiatement pour apporter une réponse au différend burundais.



Par: Isanganiro , mardi 15 décembre 2015  à 17 : 46 : 09
a

« Les violences de vendredi et samedi montrent que nous avons perdu nos valeurs ancestrales selon lesquelles la vie est sacrée », regrette l’homme de Dieu. Il recommande aux parties en conflit de cesser les hostilités, la violence n’a jamais résolu un problème dit-il.

Sheikh Haruna Nkunduwiga plaide pour la reprise immédiate du dialogue : « C’est urgent, on ne peut plus attendre 2 ou 3 jours, c’est une question des heures ». Selon lui, le dialogue inclusif doit reprendre et s’assurer que toute personne qui a à dire y participe, notamment les représentants du gouvernement, l’opposition, la société civile et les confessions religieuses. Il appelle le pouvoir et les opposants à s’assoir ensemble pour discuter de l’issu du problème burundais en mettant en avant la contribution de chacune des parties.

L’homme de Dieu croit en la vertu du dialogue. Il espère que c’est la seule issue du problème burundais pour ne plus revoir la scène de vendredi et samedi dernier.

Selon les chiffres officiels, les affrontements du 11 au 12 décembre 2015 ont fait 87 morts, 21 blessés, 45 capturés et 170 arrestations.

Photo : infosgrandslacs




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

308 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message