Le gouvernement burundais s’exprime sur les questions de sécurité devant les diplomates




Par: Isanganiro , jeudi 17 décembre 2015  à 21 : 14 : 41
a

Ce mercredi le 1er vice-président a rencontré les diplomates et les représentants des organisations internationales accrédités à Bujumbura. Le Ministre de la coopération a indiqué que leurs entretiens étaient basés sur la sécurité, surtout l’attaque armée sur quatre camps militaires le vendredi 11 décembre 2015.

Le ministre Nyamitwe a déploré les morts et le fait que certains politiciens donnent des armes aux jeunes gens pour combattre les militaires burundais bien expérimentés en la matière. Il a dit que le 1er vice-président a montré à ces personnalités la volonté du gouvernement pour le dialogue inter burundais.

Concernant la question des consultations du 8 décembre de cette année entre l’Union européenne et le Burundi, le Ministre burundais de la diplomatie a indiqué qu’il y avait neuf questions à clarifier notamment celles en rapport avec les droits de l’homme, la société civile, les médias fermés, pour ne citer que celles-là. Il a alors souligné que l’Union européenne devrait comprendre qu’il des questions qui relèvent de l’exécutif et celles du judiciaire. Il a donné l’exemple des enquêtes qui se font sur certains médias fermés. Alain Aimé Nyamitwe a alors fait savoir que les prochaines consultations sont fixées avant la fin du mois de février et que toutes les questions en rapport avec l’accord de Cotonou seront vidées.

Au chapitre des entrainements paramilitaires qui se font aux camps des réfugiés burundais au Rwanda, le ministre des relations extérieures a rappelé qu’avant la récente confirmation des faits par une ONG américaine, le gouvernement burundais l’avait dénoncé aux mois d’août et septembre mais que cela n’a pas été pris en compte. Il a spécifié que la Conférence Internationale de la Région des Grands Lacs n’a même pas eu la volonté d’envoyer une mission pour enquêter sur ces entrainements.

Sur la question de l’envoi des troupes étrangères au Burundi comme certains pays l’ont déjà demandé, le chef de la diplomatie burundaise a répondu que son pays a sorti une déclaration en réaction à la demande du ministre belge sur cet envoi.

Le ministre Alain Aimé Nyamitwe se référant sur le chapitre 7 de la charte des Nations Unies a clarifié que cet envoi respecte des principes et des standards et que le Burundi doit être traité comme il se doit. Il a regretté ce qu’il qualifie de positions radicales exprimées par certains Etats sur cette question vis-à-vis du Burundi. Il a précisé que des fois le Conseil de sécurité des Nations Unies a pris des décisions qui ne sont pas sages dans l’envoi de troupes dans certains pays. Pour le cas du Burundi, il a mentionné que toutes les phases dans le règlement des contentieux politiques doivent être suivies et épuisées.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

767 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 21 %)

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique ,(popularité : 17 %)

Burundi : Le parti cndd-fdd accuse Agathon Rwasa d’entretenir un groupe criminel ,(popularité : 11 %)

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 11 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 10 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 10 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 10 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 9 %)

Politique : L’Eglise catholique contre la contribution forcée aux élections,(popularité : 9 %)

Le CNDD-FDD va porter plainte contre Léonce Ngendakumana,(popularité : 9 %)