Burundi : Le parlement discute du génocide et la venue des troupes de l’UA


Un débat parlementaire se tient ce lundi, 21 décembre 2015 à l’hémicycle de Kigobe pour débattre sur 3 points : le génocide au Burundi, l’opportunité d’envoyer au Burundi des troupes étrangères pour le maintien de la paix et l’orientation du déroulement du dialogue que le gouvernement a accepté.



Par: Isanganiro , lundi 21 décembre 2015  à 12 : 30 : 48
a

La question de génocide occupe le gros du débat. Dans le mot introductif, le président de l’Assemblée Nationale décrit la situation qui prévaut dans le pays comme conséquence de ce qui ce qui s’est passé le 11 décembre 2015- près de 80 personnes tuées- après l’attaque des camps militaire. Pascal Nyabenda indique que l’alarme du génocide et l’envoie des militaires de l’Union Africaine au Burundi est demandé par certains politiciens qui se sont donné le droit de représenter le peuple sans son mandat.

La plupart des députés des deux chambres du parlement contestent l’existence ou la préparation du génocide contre les Tutsi. « Les Tutsi se trouvent dans toutes les institutions du pays, comment pourraient-ils cautionner le génocide contre eux même », s’est interrogée Momamon Karerwa.

Dans le même ordre d’idée, Gélase Ndabirabe a indiqué qu’il n’y aura plus de génocide dans le pays. Il y seulement des gens qui profèrent le génocide partout pour leurs intérêts. Il martèle qu’on ne peut pas croiser les bras quand les camps militaires sont attaqué. Le député du CNDD-FDD a révélé que ce sont ceux qui ont attaqué qui avaient la plan de faire le génocide une fois gagné la guerre.

Le député Jean Pierre Sinzinkayo indique que le génocide est utilisé par des gens ceux qui veulent les négociations pour gagner de l’argent et construire des maisons. « Le CNDD FDD n’est pas en train de préparer un génocide, c’est une ruse pour revenir au pouvoir », dit-il.
Léopold Hakizimana, élu à Kayanza plaide pour la fin de la violence. Selon lui, il n’y pas de fumé sans feu. Ceux qui parlent du génocide le disent parce qu’il y a des morts. Cependant il refuse de parler du génocide parce qu’il y a des morts ici et se taire quand il y a des morts dans une autres localité. Il évoque les tueries au lendemain des élections de 2010 qui sont passées inaperçues.

« C’est déplorable qu’il y a des morts sans raison », déplore le 1er vice-président de l’Assemblée Nationale. Agathon Rwasa indique que s’il y a 2 ou 3 colline qui souffrent, cette question doit tenir à cœur tous les burundais. Tous les burundais ont les mêmes droits. Il demande qu’il n’y ait plus personne qui s’appuie sur ce qu’il est ou sur son ethnie pour faire des réclamations.

Le deuxième vice-président du sénat propose au parlement de déclarer qu’il n’y aura pas de génocide dans le pays et d’envoyer les députés dans le pays pour pacifier. Anicet Niyongabo s’appuie sur la légitimité de l’institution.

Les parlementaires contestent l’envoie des troupes de maintien de la paix au Burundi. Anicet Tuyaga interpelle le gouvernement burundais de se préparer en conséquence.

Les élus du peuple soutiennent que les problèmes que connaît le pays trouvent solution à travers le dialogue.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1168 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Le CNARED ne participera pas au dialogue d’Arusha »



a

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret



a

L’Union Européenne renouvelle les sanctions contre 4 personnes



a

Dix-huit ans après : Qu’en est-il du procès Ndadaye ?



a

Burundi-Politique : Les religieux plaident pour les conditions favorables à la tenue des élections transparentes



a

Le parti MSD dans les rails de radiation



a

Fusion des deux FNL en un seul parti dénommé " FNL Iragi rya Gahutu Remy"



a

Burundi : L’assemblée Nationale burundaise réclame le projet de loi des finances



a

De la démocratie au Burundi, difficile d’en parler



a

Burundi : Le parti FNL prêt pour le financement des élections de 2020 au Burundi





Les plus populaires
« Le CNARED ne participera pas au dialogue d’Arusha »,(popularité : 14 %)

Intrigue autour de l’affaire Rukara ,(popularité : 12 %)

La commune Giharo a un nouvel administrateur,(popularité : 5 %)

Rumonge : Célébration anticipée de la création de la province Rumonge ou campagne électorale déguisée du CNDD-FDD ?,(popularité : 5 %)

Burundi : Le parlement discute du génocide et la venue des troupes de l’UA,(popularité : 4 %)

BURUNDI/NECROLOGIE : Mort du colonel Epitace Bayaganakandi,(popularité : 4 %)

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret ,(popularité : 3 %)

Les restes de Gahutu, et Misigaro pourront être rapatriées après des années,(popularité : 3 %)

Cossan Kabura : La réunification des ailes du PALIPEHUTU reste possible,(popularité : 3 %)

L’Union Européenne renouvelle les sanctions contre 4 personnes ,(popularité : 3 %)