Des O.G.M inondent les marchés municipaux : De la quantité ou de la qualité ?




Par: Isanganiro , lundi 21 décembre 2015  à 17 : 19 : 00
a

Des champs sont devenus improductifs ce qui a poussé le Burundi via le ministère de l’agriculture et de l’élevage à introduire des cultures qui donnent plus de production en peu de temps dont les amarantes, le maïs hybride ou les aubergines. Des organismes génétiquement modifiés qui donnent parfois des quantités plus que la qualité.

Quid des amarantes ?

Certains consommateurs des amarantes grognent car ils les trouvent amers après la cuisson. Selon certains acheteurs de cette denrée, plus d’une sorte sont étalées aux marchés de façon qu’il est difficile de les distinguer. Interrogés là-dessus, certains des vendeurs du marché de Jabe dans la zone Bwiza en commune urbaine de Mukaza expliquent que ces amarantes sont issues des projets.

Nicélate Niyonzima, mère de 3 enfants rencontrée près du marché alors qu’elle venait d’acheter des amarantes, dit ne pas comprendre comment les autorités peuvent permettre la culture de ces produits amers. Selon toujours Niyonzima, elle a déjà jeté de la nourriture 2 fois car très amer.

Pour un domestique rencontré en train de faire la cuisine et qui achète souvent les amarantes, ses patrons le taxent de dupe car ne pouvant pas distinguer les amers des plus doux. Ce domestique indique avoir entendu que des pesticides sont utilisés dans des champs des amarantes sur de nouvelles variétés. A la place de ces légumes, il préfère acheter du chou.

Les grognes proviennent également d’autres consommateurs de ces O.G.M qui estiment que ces variétés ont été introduites au Burundi pour promouvoir la quantité plus que la qualité, en témoigne selon eux, le goût inhabituel du maïs hybride ou des aubergines dits des projets nouvelle variété.

De ces inquiétudes, le projet maraîcher qui promeut des cultures dont les légumes dit ne pas être à l’origine de ce goût amer des amarantes.

Que dit l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi (ISABU) ? À suivre




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

271 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 7 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 4 %)

Le secteur thé du Burundi envisage des extensions à grande échelle jusqu’en 2016,(popularité : 3 %)

Burundi : La Regideso hausse le prix du courant électrique ,(popularité : 3 %)

Le Burundi gifle 53 importateurs de carburant,(popularité : 3 %)

Barrage Jiji-Murembwe : La BAD accorde 22 millions de dollars,(popularité : 3 %)

J.M Rurimirije appelle la diaspora à investir au Burundi ,(popularité : 3 %)

Quand la loi bloque les activités commerciales,(popularité : 3 %)

Qui se retire du financement du budget 2016 ?,(popularité : 3 %)

Gitega : Le manque criant du carburant de type essence limite la circulation ,(popularité : 3 %)