Noël un peu pas comme les autres au Burundi


La population Burundaise s’apprête à célébrer les fêtes de fin d’années dans les conditions un peu particulières au Burundi à cause la situation politico-sécuritaire qui règne dans le pays en général et dans la capitale Bujumbura en particulier.



Par: Isanganiro , mardi 22 décembre 2015  à 12 : 30 : 51
a

Il y a dix ans déjà que le Burundi vient de fêter noël et bon année en toute tranquillité ; ce qui n’est pas le cas pour le moment selon les habitants de Bujumbura qui se sont exprimés sur le site internet de la radio isanganiro.

Certains habitants de Bujumbura nous ont révélé que la célébration de ces fêtes de fin d’année sera trop difficile voire même impossible. Le gens ont peur des troubles éventuelles en ce moment où il y a beaucoup de rumeurs.

Les années passées certains préféraient passer les nuits des fêtes ensemble dans les familles, dans des boites de nuit et dans les églises ; pour le moment cela leur est presque impossible comme l’indiquent certains d’entre eux.

La santé financière de plusieurs familles n’est pas du tout bonne parce que les activités surtout commerciales et autres secteurs de la vie nationale ont été profondément affectées par cette crise, souligne certaines personnes rencontrés dans les rues de Bujumbura.

Les vendeurs des différents articles qui aident à agrémenter la fête de Noël nous indiquent qu’à deux jours avant la célébration de cette journée pendant les années passées, la clientèle restait très élevé. "Ce n’est malheureusement pas le cas pour cette année parce que l’effectif des personnes qui viennent s’approvisionner reste considérablement bas".




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

298 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 12 %)

La toux, pas un seul signe de la tuberculose ,(popularité : 11 %)

EDUCATION/Pas de désœuvrement dans les classes de 9 ème à kabezi,(popularité : 11 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 10 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 9 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 9 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 9 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 9 %)

Une des facultés à l’Université du Burundi est en grève il y a un mois,(popularité : 9 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 9 %)