Des amarantes amères : un problème de semences




Par: Isanganiro , lundi 28 décembre 2015  à 12 : 07 : 10
a

Le goût amer des amarantes s’explique par leur croisement avec des légumes indigènes appelées « isogo » en kirundi comme l’indique Célestin Niyongere chef des programmes productions végétales à l’ISABU. Il conseille aux cultivateurs de ces légumes d’acheter des semences sélectionnées de cet institut en vue de limiter ce goût.

Cultures très rentables de nature, les amarantes sont commercialisées dans différents marchés municipaux. Certains acheteurs se plaignent d’un goût amer de ces légumes, ils ont du mal à distinguer les douces des amères. Des grognes des clients qui indiquent qu’ils ont déjà versé de la nourriture dans laquelle ils avaient mis ces légumes.

Selon Célestin Niyongere, spécialiste dans les maladies des plantes et chef des programmes : productions végétales à l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi (ISABU), les amarantes sont hautement allogames (croisement très facile) et leur production se fait pendant vingt-huit jours. L’isogo et les amarantes sont des légumes de même famille, d’où il faut les isoler sur une distance d’au moins un kilomètre ou faire un isolement dans le temps.

Un goût dû aux pesticides ?

Pas de relation entre les deux, répond Niyongere. Le goût amer est génétique alors que ces produits phytosanitaires agissent physiquement. Ces derniers protègent contre les maladies qui font par la suite des mutations.

Ce chef des productions végétales à l’ISABU indique que des cultivateurs de ces légumes des provinces Bubanza et Cibitoke (l’Ouest du Burundi), sont déjà formés sur l’utilisation des semences sélectionnées d’où ce spécialiste les conseille à s’approcher de cet institut agronomique pour éradiquer ce problème des semences.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

171 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation



a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !





Les plus populaires
Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 17 %)

Le Parcem s’inquiète sur la rapide intégration régionale en Afrique de l’Est ,(popularité : 5 %)

Bujumbura, tout véhicule sous l’œil de la Mairie ,(popularité : 4 %)

Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 4 %)

Bubanza, la population exhortée à ne pas gaspiller les récoltes ,(popularité : 4 %)

La banque mondiale prête à financer le projet d’infrastructures de transport sur le Lac Tanganyika,(popularité : 4 %)

Burundi : Le maïs en disparition à Mwaro,(popularité : 4 %)

Rumonge : La nouvelle loi sur la pêche au centre des échanges,(popularité : 4 %)

Qui va financer le budget de l’Etat burundais en 2016 ?,(popularité : 4 %)

Les organisations ayant des comptes en devises dans les banques commerciales ont jusqu’au 31 mars pour les ouvrir à la BRB ,(popularité : 4 %)