Des amarantes amères : un problème de semences




Par: Isanganiro , lundi 28 décembre 2015  à 12 : 07 : 10
a

Le goût amer des amarantes s’explique par leur croisement avec des légumes indigènes appelées « isogo » en kirundi comme l’indique Célestin Niyongere chef des programmes productions végétales à l’ISABU. Il conseille aux cultivateurs de ces légumes d’acheter des semences sélectionnées de cet institut en vue de limiter ce goût.

Cultures très rentables de nature, les amarantes sont commercialisées dans différents marchés municipaux. Certains acheteurs se plaignent d’un goût amer de ces légumes, ils ont du mal à distinguer les douces des amères. Des grognes des clients qui indiquent qu’ils ont déjà versé de la nourriture dans laquelle ils avaient mis ces légumes.

Selon Célestin Niyongere, spécialiste dans les maladies des plantes et chef des programmes : productions végétales à l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi (ISABU), les amarantes sont hautement allogames (croisement très facile) et leur production se fait pendant vingt-huit jours. L’isogo et les amarantes sont des légumes de même famille, d’où il faut les isoler sur une distance d’au moins un kilomètre ou faire un isolement dans le temps.

Un goût dû aux pesticides ?

Pas de relation entre les deux, répond Niyongere. Le goût amer est génétique alors que ces produits phytosanitaires agissent physiquement. Ces derniers protègent contre les maladies qui font par la suite des mutations.

Ce chef des productions végétales à l’ISABU indique que des cultivateurs de ces légumes des provinces Bubanza et Cibitoke (l’Ouest du Burundi), sont déjà formés sur l’utilisation des semences sélectionnées d’où ce spécialiste les conseille à s’approcher de cet institut agronomique pour éradiquer ce problème des semences.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

157 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 8 %)

Gitega : Les habitants de Shatanya s’interrogent à quand les travaux de pavage à plus d’une décennie des cotisations,(popularité : 3 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 2 %)

Les Pays Bas financent la réhabilitation de deux barrages au Burundi,(popularité : 2 %)

Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance,(popularité : 2 %)

Où en est on avec la politique de charroi zéro ? ,(popularité : 2 %)

Quelles devraient être les solutions de survie de la presse ? ,(popularité : 2 %)

Mobicash Burundi, solution à la bancarisation ? ,(popularité : 2 %)

La transparence de la caisse du marché central mise en cause,(popularité : 2 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 2 %)