La crise a perturbé les activités scolaires des élèves vivant dans les quartiers affectés


La crise politico-sécuritaire que traverse le Burundi a perturbé les activités des élèves et écoliers en général et ceux qui vivent dans les quartiers les plus affectés par le conflit en particulier.



Par: Isanganiro , mardi 29 décembre 2015  à 12 : 11 : 04
a

Certains élèves ont abandonnés leurs établissements surtout dans les quartiers de Cibitoke, Mutakura et Musaga parce que leurs familles ont été contraintes à fuir les affrontements pour se réfugier dans d’autres quartiers encore paisibles.

D’après un des membres d’une famille qui a fui vers Kigobe en provenance de Mutakura, les enfants n’ont pas pu terminer le trimestre passé parce qu’ils ne pouvaient pas retourner dans leur établissement d’origine situé à Cibitoke.

D’autres enfants qui habitent ces trois quartiers cités n’ont pas fait les examens du premier trimestre parce qu’ils avaient aussi abandonné leurs ménages. Certaines familles ont trouvés refuge vers les quartiers de Kinindo, Kibenga.

Bon nombre d’entre eux se retrouvent sans espoir de reprendre le chemin de l’école au cours de cette année scolaire parce qu’ils n’ont pas d’établissement.

D’autres qui sont restés à Musaga disent qu’ils avaient l’habitude de se déplacer vers le lycée municipale de Musaga pour faire leurs études le soir, mais qu’ils ne le font plus parce qu’ils doivent être à la maison avant 18 h 00.

La crise qui a éclaté au lendemain de l’annonce de la candidature du Président Pierre Nkurunziza pour son 3è mandat a poussé les résidents des quartiers contestataires dans une peur panique, jusqu’à maintenant craignant d’éventuelles attaques dès la tombée de la nuit. Ils souhaitent le retour de la paix au pays pour que leurs enfants retournent à l’école comme les autres.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

143 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 17 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 13 %)

Une des facultés à l’Université du Burundi est en grève il y a un mois,(popularité : 12 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 11 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 10 %)

Père Noel donne la joie aux touts petits,(popularité : 10 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 10 %)

Aucun retrait sur les comptes de Maison Shalom et de Barankitse,(popularité : 10 %)

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille,(popularité : 10 %)

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent ,(popularité : 10 %)