Le gel des anales des fonctionnaires burundais : un blocage de carrières




Par: Isanganiro , jeudi 31 décembre 2015  à 19 : 04 : 15
a

Les anales et d’autres primes sont une motivation des travailleurs. Au syndicat SYNAPA l’on estime que les employés ne vont plus avancer de grades, ce qui dénote de la délicatesse de ce gel que le gouvernement burundais a mis en avant dans la loi des finances de 2016. Pour un autre fonctionnaire, il ne comprend pas la motivation d’une telle innovation qui ne touchera point les corps de défense et de sécurité burundais.

Etant donné que le déficit de ce budget est de l’ordre de 140 milliards de francs burundais, le ministre burundais des finances a expliqué aux parlementaires burundais que le gel des anales est l’une des mesures d’austérité dans le but de corriger les disparités salariales.

Selon Fidèle Hakizimana, président du syndicat national du personnel paramédical et d’appui de la santé publique, les efforts des fonctionnaires burundais ne seront plus considérés, ils seront comme des travailleurs journaliers ou temporaires. Celui qui était copté bon et élite seront traités de la même façon alors que l’expérience les différencie.

Pour cet autre fonctionnaire, le gel des anales n’est que blocage des carrières alors qu’ils évoluaient en fonction des bulletins de notations. L’impact sera en outre accentué au niveau des régimes de sécurité sociale à savoir la Mutuelle de la Fonction Publique qui misait sur les augmentations annuelles des fonctionnaires, d’où son budget sera affecté.

Les affiliés à l’Office National des Pensions et Risques (ONPR) vont également être affectés dans la mesure où, d’après toujours cet employé, certains affiliés approchaient le plafond des cotisations.

Pour ces fonctionnaires interrogés, le gel des anales est source de démotivations et les services mal rendus .




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

247 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 13 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 11 %)

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara,(popularité : 10 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 7 %)

Le saignement chez la femme : Un problème de décollement placentaire,(popularité : 7 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 7 %)

Rumonge : Un dernier redéploiement des enseignants ?,(popularité : 7 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 7 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 7 %)

Aucun retrait sur les comptes de Maison Shalom et de Barankitse,(popularité : 6 %)