La baisse du taux de réussite au lycée municipal de Musaga : une conséquence de l’insécurité


L’insécurité permanente qui règne à Bujumbura a beaucoup affecté le secteur de l’éducation. Musaga est l’une des zones affectées. Le Lycée Municipal de Musaga est l’une des écoles secondaires dans cette zone, avec un taux de réussite qui a remarquablement chuté comme conséquence de la crise.



Par: Isanganiro , jeudi 31 décembre 2015  à 19 : 43 : 15
a

D’après le préfet des études du lycée municipale Musaga, il est presqu’impossible que les élèves suivent attentivement les cours dans une atmosphère de coups de feux presque quotidien.

« Des fois, les élèves viennent en retard parce que les routes sont bloquées suite aux fouilles systématiques dans ce quartier, des grenades sont lancés souvent près de l’école et les enfants ont vraiment peur, ainsi ils sont déconcentrés », souligne madame GATERETSE Pascasie.

La présence des policiers et militaires lourdement armée fait peur aux élèves, des fois ils entrent au sein de l’école pour arrêter certains élèves soupçonnés d’avoir participé dans les manifestations anti troisièmes mandat, ajoute-t-elle.

Les arrestations permanentes qui s’opèrent en zone Musaga traumatisent les élèves, soit ce sont des proches qui sont capturés quelques fois même tués, soit leurs parentés subissent le même sort et ne laissent pas indifférent les esprits des enfants.

La découverte des corps sans vie presque au quotidien fait énormément peur aux élèves, ce qui influence beaucoup le reste du travail de la journée.

Ces sont ces conditions difficiles qui ont fait que le taux de réussite diminue sensiblement au lycée municipale de Musaga, alors que les programmes de l’année passée n’ont pas été épuisés à cause des manifestations.

Certaines classes n’ont pas eu le temps de revoir ces programmes non épuisés, ce qui a causé d’énormes perturbations au niveau des programmes.

Selon le préfet des études du lycée municipal Musaga, ils travaillent avec un espoir d’un éventuel retour au calme pour que la vie scolaire se normalise.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

183 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Echec d’un projet d’élevage de poules suite aux fêtes de fin d’année,(popularité : 8 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 7 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 6 %)

Bouteilles plastiques usagées, déchets « profitables »,(popularité : 5 %)

Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète ,(popularité : 5 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 5 %)

Rumonge : Travaux communautaires ou activités du CNDD-FDD ?,(popularité : 5 %)

Le Burundi affiche une malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans,(popularité : 5 %)

Burundi : Eloge Willy kaneza, la Zaina Erhaim burundaise,(popularité : 4 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 4 %)