Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi


10 sur les 18 provinces du Burundi disposent actuellement des plantations de palmiers à huile. Le Directeur Général de l’Office de l’Huile de Palme, institution régulatrice de cette filière, se dit satisfait de cette extension. Cependant, des efforts doivent encore être consentis pour satisfaire les demandeurs des jeunes palmiers.



Par: Isanganiro , vendredi 1er janvier 2016  à 06 : 43 : 06
a

Depuis les années 2007, l’Office de l’Huile de Palme(OHP) procède à la reconversion de la vieille palmeraie des années 1983. Alors que des blocs industriels n’existaient qu’à Rumonge, cet office a entrepris l’extension de la palmeraie en même temps que la reconversion.

Kabaragasa Augustin, Directeur Général de l’OHP, dit qu’à côté de la province Rumonge, vieille zone palmicole, 9 autres provinces possèdent des plantations de palmiers. Des études édapho₋climatiques ont en effet révélé que le palmier à huile pouvait pousser dans certaines communes des provinces Makamba, Rutana, Ruyigi, Cankuzo, Muyinga, Kirundo, Bujumbura, Bubanza et Cibitoke.

Selon un agronome de l’OHP, certaines provinces comme Makamba, Ruyigi, Cankuzo et Bubanza transforment déjà l’huile de palme. Et cela au profit du consommateur qui en trouve actuellement sans peiner et à un prix raisonnable.

Pour le Directeur Général de l’OHP, l’extension de la palmeraie a connu des succès. Des privés peuvent s’en procurer pour leurs plantations en raison de 3000fbu par plant. C’est un prix abordable grâce à l’intervention du gouvernement burundais car le coût d’une graine pour semence dépasse même ce prix d’un plant. Mais quelques problèmes subsistent.

Les encadreurs agronomes de l’OHP sont moins nombreux par rapport aux nouvelles plantations de palmiers. De plus, cet office n’est pas pour le moment à mesure de satisfaire la demande de jeunes palmiers. Le responsable de l’OHP voudrait une intervention de l’Etat en ce sens.

Des privés surtout de la province Bubanza ont déjà acheté 1425 plants depuis fin octobre 2015 dans la pépinière de la vallée de la Dama qui compte 80000plants et qui est pour le moment la seule préparée par l’OHP pour la reconversion et l’extension en cours selon Emmanuel Ngendakuriyo qui conduit cette pépinière.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

461 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Treize marchés brulés depuis 2001 : Les commerçants se lèvent,(popularité : 4 %)

Burundi : Certains agents de banque accusés de corruption dans l’octroi des crédits,(popularité : 4 %)

Burundi : "A quel prix se vend le ciment burundais ?", s’interrogent les vendeurs,(popularité : 3 %)

Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 3 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 3 %)

L’ARCT procède au balayage des opérateurs télécom fantômes au Burundi ,(popularité : 3 %)

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 2 %)

Une des campagnes clés pour la transparence économique,(popularité : 2 %)

L’Onu reste au côté du Burundi ,(popularité : 2 %)

Une politique de charroi zéro pour la croissance budgétaire au Burundi ,(popularité : 2 %)