Malgré la pauvreté, ils fêtent


Les habitants de Rumonge célèbrent le Nouvel An avec des moyens de bord. Ceux qui se sont exprimés disent qu’ils ne peuvent faire autrement face à la montée des prix des denrées alimentaires.



Par: Isanganiro , vendredi 1er janvier 2016  à 05 : 59 : 42
a

Au marché central de Rumonge, des attroupements des acheteurs se faisaient remarquer autour des bouchers ce jeudi 31 décembre 2015. Quelques personnes visitaient les stands des vivres comme le haricot, le riz,… Ici comme chez les bouchers, les vendeurs ont noté une augmentation de la demande par rapport aux derniers jours.

Jean de Dieu Nshimirimana, un boucher, est satisfait. A 11H30 de ce jeudi 31décembre 2015, on allait terminer de vendre 7 vaches abattues pour le nouvel an au marché central de Rumonge. Or, ces derniers jours, on abattait 2 vaches par jour dans cette même place. A Buruhukiro, un centre de négoce situé sur la RN16 reliant Rumonge à Bururi dans la commune Rumonge, 25 vaches avaient été abattues selon des sources sur place.

Malgré les prix revus à la hausse ces derniers jours jusqu’à 500fbu le kilo notamment sur le haricot et le riz, une mère d’une trentaine d’année rencontrée au marché central de Rumonge dit qu’on a essayé d’avoir ne fus qu’une petite quantité de viande pour célébrer ce 1er janvier 2016 en tout cas pas comme les années écoulées. Ce fonctionnaire de l’Etat dit que même joindre les deux bouts du mois est actuellement difficile.

Les vendeurs le confirment, ce qui n’a pas empêché certains d’entre eux de spéculer notamment sur la viande."Trouver la viande steak au prix habituel de 55OOfbu le kilo était quasi impossible ce jeudi", se lamentait un cabaretier qui projetait la chercher dans les abattoirs périphériques pour ce 1er janvier 2016. Les consommateurs voudraient que l’administration locale contrôle les prix.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

299 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 3 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 3 %)

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 3 %)

La route Makamba-Bururi encore impraticable,(popularité : 2 %)

Le Burundi accueille plus de 37 000 rapatriés dès le début du mois de mai,(popularité : 2 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 2 %)

CNTB : La date du 24 courant devrait être prometteuse,(popularité : 2 %)

Le code de la sécurité routière n’existe pas encore au Burundi,(popularité : 2 %)

Businde : Une autre Zebiya deuxième génération ,(popularité : 2 %)