La reconstruction de l’Ancien marché central de Bujumbura : Pour bientôt ?


Certains anciens commerçants du marché central de Bujumbura n’ont pas beaucoup d’espoir quant à leur retour dans celui –ci après sa reconstruction. Cette dernière avait été évoquée avant les élections de 2015 mais le président de la République l’avait suspendu après de multiples critiques d’un tel projet. Dans sa conférence publique du 30 décembre dernier, il a annoncé que le site de l’ancien marché va être exploité par un étranger ayant assez de moyens.



Par: Isanganiro , mardi 5 janvier 2016  à 13 : 05 : 39
a

Incendié en date du 27 février 2013, le marché central de Bujumbura ne fonctionne pas depuis cette époque. Les commerçants qui y avaient des stands se sont éparpillés. Certains sont aujourd’hui au marché provisoire dit Cotebu situé en zone Ngagara dans l’actuelle commune de Ntahangwa tandis que d’autres louent des maisons voire des stands non loin de cet ancien marché .

Pour cette seconde catégorie de vendeurs,la reconstruction de ce marché par un étranger qui aurait beaucoup de moyens comme annoncé par le numéro un de l’exécutif burundais, ne suscite pas d’espoir vis-à-vis de leur retour probable dans leurs places. A titre d’exemple, les anciens de ce marché qui opèrent aujourd’hui à l’ endroit appelé Galerie Hakizimana qui se sont exprimés ce mardi, ils indiquent que l’espoir fait vivre ; certains espèrent qu’ils y retourneront alors que d’autres n’en ont aucun.

« Nous avons déjà nos stands, nous ne comptons pas retourner dans ce marché même s’il était reconstruit, car les places seront très chers » explique ce vendeur d’articles pour enfants et nouveau-nés. Il indique en outre que la nouvelle exploitation de ce site ne peut permettre le retour de petits commerçants, raison pour laquelle ils ne seront pas prioritaires à son avis.

Avant la tenue des élections générales de l’an dernier, la licence d’exploitation de ce marché allait être accordée à une société chinoise avec des actions des burundais, un projet alors décrié par le syndicat général des commerçants (SYGECO).

Dans la conférence publique du 30 décembre dernier, le président Nkurunziza a expliqué que les décombres de cet ancien marché central peuvent causer des maladies à ceux qui opèrent tout autour d’où cet endroit va bientôt être exploité pour que le gouvernement burundais puisse en tire une certaine valeur ajoutée.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

497 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation



a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !





Les plus populaires
Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 12 %)

Le Burundi désormais le pays le plus pauvre du monde,(popularité : 11 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 7 %)

Burundi : Des files d’attente sur les stations sevice encore une fois,(popularité : 7 %)

Manque criant du ciment à Bujumbura,(popularité : 7 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 7 %)

Burundi : Bientôt une connexion Wifi en ville de Bujumbura ,(popularité : 7 %)

Le Parcem s’inquiète sur la rapide intégration régionale en Afrique de l’Est ,(popularité : 4 %)

Bujumbura, tout véhicule sous l’œil de la Mairie ,(popularité : 3 %)

Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 3 %)