Les commerçants burundais affectés par la crise politico-sécuritaire


Le secteur du commerce est beaucoup affecté par la crise que connait le Burundi. Depuis le début des manifestations anti- troisième mandat, bon nombre de commerçants moyens ont du fermer leurs points de vente.



Par: Isanganiro , mercredi 6 janvier 2016  à 16 : 31 : 21
a

Trois commerçants qui exerçaient au centre commercial Village Market situé au centre-ville de Bujumbura ont confié à Isanganiro qu’ils ont fermé leurs stands. « Certains sont rentrés à la maison. D’autres ont migré vers des endroits moins chers », ont-ils dit dans l’anonymat.

Le premier témoin vendait les produits cosmétiques. Il a dû fermer à cause du manque de clientèle. Il regrette que dès le début des manifestations anti- troisième mandat, il a travaillé à perte, alors qu’il devait payer les frais de locations des stands.

Même chose pour une autre personne qui vendait les ustensiles de cuisines : assiettes, verres, cuillers, casserole et autres.

Il indique à son tour qu’il avait pu surmonter les problèmes avec l’incendie du marché central. "J’avais contracté un crédit pour continuer à fonctionner et j’avais trouvé une place au centre commercial Village Market, dit-il. La situation a commencé à se détériorer avec le début des manifestations », souligne-t-il. Il renchérit que même après les manifestations, il n’a pas eu de clientèle comme avant. D’où il a été contraint de se déplacer vers le marché de Jabe ou les prix des stands restent moins chers qu’en ville.

Le troisième témoin faisait la location des habits des fêtes. Il s’agit d’une femme qui avait loué un stand au même centre commercial Village Market. Comme durant toutes les manifestations, il n’y a quasiment pas de fêtes. Donc, pas de clientèle, pas d’argent.

Ces commerçants souhaitent le retour de la paix et la sécurité dans le pays. Ils estiment que c’est la seule chance pour que leur situation financière puisse s’améliorer afin de mieux vivre et faire vivre leurs familles respectives.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

261 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Treize marchés brulés depuis 2001 : Les commerçants se lèvent,(popularité : 5 %)

Burundi : Certains agents de banque accusés de corruption dans l’octroi des crédits,(popularité : 4 %)

Burundi : "A quel prix se vend le ciment burundais ?", s’interrogent les vendeurs,(popularité : 3 %)

Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 3 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 3 %)

L’ARCT procède au balayage des opérateurs télécom fantômes au Burundi ,(popularité : 3 %)

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 2 %)

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 2 %)

Une des campagnes clés pour la transparence économique,(popularité : 2 %)

L’Onu reste au côté du Burundi ,(popularité : 2 %)