Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Une prochaine guerre que nous devons combattre tous : celle d’ordre économique


La Fondation d’entrepreneuriat Murundi (FEM)se dit préoccupée par le chômage des jeunes burundais surtout en cette période de crise. Elle plaide ainsi pour une paix des braves et la recherche des compromis, sans tarder.



Par: Isanganiro , jeudi 7 janvier 2016  à 20 : 40 : 23
a

Cette préoccupation est perçue dans un communiqué de presse sorti le jeudi 07 janvier par la Fondation d’entrepreneuriat Murundi (FEM). La Fondation se montre déçue que plusieurs quartiers centraux des grandes villes « sont aux prises avec de graves problèmes de chômage chronique, de pauvreté, de détresse sociale, d’insécurité, de délabrement, … ».

Le président de la fondation Nick Pol Casimir soutient que les burundais ne sont pas des va-t’en guerre. Et de marteler : « Nous ne pouvons plus nous permettre de naviguer à vaux-l’ eau ». Pour lui et sa Fondation, les gens se trompent encore d’une vraie guerre à affronter. « La prochaine guerre légitime que nous devons affronter tous ensemble est d’ordre économique, et sur tous les fronts ».

Cette organisation entrepreneuriale trouve malheureusement que le redressement économique du Burundi devient impossible dans une atmosphère de tension et d’insécurité. « Les burundais ne sont pas encouragés à travailler dur si le pays doit être déstabilisé demain, et tous leurs efforts réduits à néants ».

La FEM estime ainsi que la médiation et la Tanzanie, pays qui abritera les prochaines négociations entre burundais, devront jouer un rôle sécuritaire et déterminé pour le retour à la paix véritable au Burundi.

Le président de la Fondation renchérit : « Il faut que tous les protagonistes au dialogue soient flexibles, afin d’aboutir dans l’urgence à un compromis ». Il insiste sur le compromis qui devrait être l’objectif à atteindre par toutes les parties. Notre interlocuteur cite, pour le cas d’espèce, un ancien président de la commission de l’Union Européenne : « Il y a trois manières de résoudre un conflit. C’est soit le droit, la force, ou le compromis ». Pour Nick Pol Casimir, il n’y a que le compromis qui puisse aider à mieux résoudre le conflit actuel burundais.

Le communiqué de la Fondation intervient au lendemain du 06 janvier, une date qui avait été proposée par la médiation pour la poursuite des négociations entre burundais, mais qui n’a pas été respectée, la partie gouvernementale expliquant qu’elle n’avait pas été consultée au préalable. Nick Pol Casimir demande qu’une nouvelle date soit proclamée au plus vite pour qu’ensemble, le peuple burundais puisse s’attaquer au vrai problème qui hante le pays à savoir le chômage, et surtout celui des jeunes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

250 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises





Les plus populaires
Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 18 %)

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises,(popularité : 18 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 17 %)

Bubanza : Manque criant de matelas aux écoles à régime d’internat,(popularité : 14 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 14 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 14 %)

Rumonge : Un dernier redéploiement des enseignants ?,(popularité : 14 %)

L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 14 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 14 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 14 %)