La collaboration entre medias et forces de l’ordre se cherche encore




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 29 février 2012  à 18 : 26 : 47
a

Au cours d’une rencontre entre les journalistes burundais et les chefs de la police et de l’armée en date du 28 et 29 février 2012, les membres de ces deux institutions se sont parlé sans passer par quatre chemins des défis qui constituent des entraves pour une meilleure collaboration.

Bien que les corps de défense et de sécurité aient connu une réforme depuis l’entrée des rebelles dans l’armée et la police, les journalistes ont indiqué qu’ils ont du mal à accéder à l’information qui pourtant est d’intérêt public. Ils se sont même demandé jusqu’où vont les limites des informations que les porte-paroles ont tendance à qualifier de « secret ».

De la part de ces journalistes, outre que l’organigramme des différents services de la police prête à confusion et est loin de permettre l’accès à l’information non confuse aux journalistes, il est en même temps d’ambigüité en matière sécuritaire. « Le Service National des Renseignements, SNR relève de quel responsable ? », a indiqué Innocent Muhozi, le Directeur Général de la Radio Télévision TELE RENAISSANCE.

Pour ce dernier, seule la dynamique de la vraie démocratie est susceptible d’être la porte d’accès à l’information à l’endroit du journaliste Burundais.

« Aussi longtemps que les grandes décisions sont prises par une poignée de personnes qui ont trempé dans les corps armés nous ne sommes pas en démocratie mais plutôt sous un régime militaire », à t-il indiqué la mort dans l’âme.

Les militaires néerlandais qui appuient le Burundi dans la dynamique de la réforme des institutions de défense et de sécurité et les responsables de la police et de la sécurité ont tour à tour reconnu que la réforme se cherche encore. Ils ont indiqué que les portes sont ouvertes pour les membres du quatrième pouvoir désireux d’information pour le public.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1388 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Gihanga : 12 vaches frisonnes du PNSADRIM mortes trois semaines après distribution



a

Burundi : Des accidents de roulage s’amplifient



a

Burundi : Condamnation à perpétuité contre un officier de police qui a tué sa femme



a

Bujumbura : La voierie urbaine rongée par des nids de poule



a

Bujumbura : des poteaux des feux tricolores sont menacés



a

Rumonge : Mugerangabo a débordé



a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 6 %)

Rumonge : Huit prisonniers s’évadent avec un fusil policier,(popularité : 5 %)

Rutovu : La garde du domicile de Jean-Baptiste Bagaza désarmée,(popularité : 5 %)

Burundi : des Généraux font la loi,(popularité : 4 %)

Nzabampema et les siens ‘’seraient loin de se rendre’’ ,(popularité : 4 %)

Intamba mu Rugamba : Les pros commencent à arriver,(popularité : 3 %)

Le Burundi pour plus de troupes en Somalie,(popularité : 3 %)

Des hommes armés attaque le poste de police à Gihanga,(popularité : 3 %)

Double assassinat au sein de la FDN : Lt-Col.Darius Ikurakure et Maj. Didier Muhimpundu ,(popularité : 3 %)

Gihanga : 12 vaches frisonnes du PNSADRIM mortes trois semaines après distribution,(popularité : 3 %)