Muyinga- A qui profite l’exploitation de l’or ?


L’exploitation artisanale de l’or continue de manière anarchique en Commune de Muyinga malgré l’interdiction de l’administration communale. A moins de dix mètres des sites d’exploitation vivent des habitants pauvres. Pour ces derniers, cette exploitation d’or enrichie une poignée d’individus au dépens de la population victime des effets dévastatrices de l’extraction sur l’environnement.



Par: Isanganiro , samedi 9 janvier 2016  à 20 : 10 : 20
a

Sur les collines Cibari et Gasenyi , périphérie du centre urbain de Muyinga, l’extraction de l’or laisse des traces de destruction de l’environnement. Des sols dénudés, la vallée de Gitongwe jonche de carrière n’est plus cultivable, peut-on constater sur place.

Chaque jour, des orpailleurs creusent ici et la pour tenter de retrouver cette matière précieuse. Ces exploitants n’ont pas d’autorisation officielle, ainsi, ils ont des équipes de surveillance de tout individu étranger pouvant arriver sur terrain.

"La police en charge de la protection de l’environnement nous traque et récupère parfois notre matériel", confie un orpailleur justifiant leur méfiance à l’ endroit des personnes étrangères au site.

D’après des sources policières, ces exploitants devraient se regrouper en coopératives redevables devant l’office burundais des recettes mais, aucune coopérative n’est reconnue en commune de Muyinga.

Richesse pour une main invisible

L’or est exploité par des individus qui ne paient aucune taxe car travaillant de manière informelle, apprend-on de source policière.

Sur les sites, les orpailleurs indiquent travailler pour des patrons dits " BOSS". Personne n’ose révéler le nom du patron. Les propriétaires de ces mines habiteraient en ville de Muyinga ou ailleurs.

Sur la Colline Cibari, quelques ménages pauvres sont implantés à moins de dix mètres des sites d’exploitation. Leurs habitations en pailles donnent la marque de misère. Kanani, une femme croisée devant sa maison nous a indiqué ne rien savoir de l’or, Je vois des gens creuser, des fosses ou rien ne poussent plus et notre vallée inondée par les eaux de ruissellement à cause de ces gens, dit-elle.

Philippe Nkeramihigo , Administrateur de la Commune de Muyinga, indique que les exploitants illégaux jouent du cache –cache pour échapper à la vigilance des unités de police du fait que ces derniers ne peuvent pas être présents à tout moment sur les lieux.

"Difficile d’identifier les patrons d’autant plus qu’on n’a pas encore mis la main sur les ouvriers", indique-t-il. Cet administratif compte sur les sensibilisations pour faire comprendre à la population les dangers de cette destruction de l’environnement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

345 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 5 %)

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 4 %)

L’économie du pays va decrescendo ,(popularité : 3 %)

Les femmes font avancer le pays ,(popularité : 3 %)

La Banque centrale s’acquitte de ses responsabilités ? ,(popularité : 3 %)

Le Parcem s’inquiète sur la rapide intégration régionale en Afrique de l’Est ,(popularité : 3 %)

Burundi : Les réformes économiques burundaises épatent les investisseurs ,(popularité : 3 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 2 %)

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 2 %)

Une des campagnes clés pour la transparence économique,(popularité : 2 %)