La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?


La culture burundaise interdit de vivre n’ importe comment sa sexualité. Néanmoins, des valeurs sexuelles anciennes n’ont pas été transmises aux nouvelles générations, ce qui peut engendrer de mauvaises conséquences. Un analyste estime qu’il y a des bases culturelles qui devraient servir d’exemple pour mieux vivre la vieille pratique.



Par: Isanganiro , lundi 11 janvier 2016  à 13 : 16 : 22
a

Benny Ndayishimiye est un conseiller conjugal et sexuel au sein du Forum pour une éducation affective et sexuelle (FEDAS). Son travail qui n’est pas des moins délicats, il l’exerce dans le domaine des jeunes, des célibataires et des mariés. Pour lui, le sujet de sexualité reste encore un tabou au Burundi. « C’est notre tradition. La sexualité, on la fait, on la vit, mais on n’en parle pas comme il le fallait. La vraie vérité, on la cache souvent ».

Benny trouve malheureusement que de mauvaises conséquences liées au manque de formation, de connaissances dans le domaine, ne cessent d’augmenter. « Autour d’un sujet tabou, il y a la mondialisation, avec des effets internet, qui amplifient les pratiques sexuelles », soutient encore Benny.

L’analyste du Fedas renchérit par ailleurs que la sexualité est un phénomène qui concerne et touche des personnes de tous âges : jeunes, moins jeunes même, adultes, hommes et femmes.

Benny regrette en outre que la sexualité devient de plus en plus un phénomène complexe, du fait que quand elle s’en prend à un jeune, une plus ou moins jeune que lui est contaminée. « Une jeune fille peut ne pas s’empêcher de coucher avec un homme de l’âge de son père qui la côtoie avec des appâts d’argent ou d’autres biens trompeurs », déplore le conseiller conjugal et sexuel du Fedas.

Des conséquences qui peuvent surgir des pratiques sexuelles incontrôlées, Benny cite notamment le fait qu’une fille tombe enceinte sans le désirer, des gens qui tombent malades du sida ou autres maladies sexuelles, etc.

Et si on retournait dans les valeurs culturelles burundaises ?

M. Benny estime qu’il y a des valeurs culturelles burundaises qui pourraient servir de base pour savoir mieux se comporter dans la sexualité. « Des temps anciens par exemple, toute fille savait comment s’habiller, parler, se tenir devant les adultes. C’est une valeur qui risque d’être oubliée si on y prend pas garde », dit-il. Et de rappeler que dans le temps encore, la quasi-totalité des burundaises allaient se marier étant toujours vierges. Nostalgique, Benny.

Pour ce responsable du Fedas, l’équilibre sexuel devrait prendre source dans les valeurs culturelles du Burundi. Il en appelle ainsi aux psychologues, médecins, communicateurs, … à mener des recherches afin de savoir et faire savoir quelles valeurs culturelles anciennes devraient guider aujourd’hui les burundaises et les burundais sur ce sujet précis.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

861 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge



a

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés



a

SOS : La vie de James en danger



a

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption



a

Burundi : Les études universitaires publiques à crédit



a

Les déplacés de Gitaza et Cashi installés à Mayengo



a

Santé : Manque de devises, pas de médicaments



a

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt



a

Education : Des portes d’entrée grandement ouvertes aux mastères



a

Plus d’un millier d’enseignants chômeurs à la conquête d’une soixantaine de places





Les plus populaires
La Société civile réclame la libération de Faustin Ndikumana et la transparence dans les recrutements ,(popularité : 13 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 9 %)

Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge,(popularité : 7 %)

SOS : La vie de James en danger,(popularité : 6 %)

SRDI s’engage à dénouer la crise au sein des groupements des riziculteurs de Gihanga,(popularité : 6 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 5 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 4 %)

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés,(popularité : 4 %)

Les hépatites, maladies infectieuses dont plusieurs catégories de gens courent un risque ,(popularité : 3 %)

Le français sur une pente glissante au Burundi malgré les efforts de la francophonie,(popularité : 3 %)