Des voix s’élèvent contre Richard Sezibera au dialogue inter-burundais


L’Association Ministère Africain de Compassion (MAC) et le parti Jacques Bigirimana s’insurgent contre la participation du Secrétaire Général de la Communauté Est-Africaine (CEA) au dialogue inter burundais l’accusant de partialité.

Photo : touchrwanda.com



Par: Isanganiro , lundi 11 janvier 2016  à 15 : 58 : 44
a

Dans son communiqué, le Ministère Africain de Compassion MAC pointe du doigt le Secrétaire Général de la Communauté Est Africaine, Richard Sezibera. Cette association l’accuse d’avoir manifesté un comportement ayant un côté penchant dans le conflit inter burundais et montre qu’il ne peut en aucun cas participer ou contribuer dans les activités de dialogue inclusif inter burundais.

"Cette personnalité ne peut pas participer ou contribuer dans les activités de dialogue inter-burundais", a indiqu" Penta Habimana, Coordinatrice de cette association, dans un communiqué sorti ce dimanche.

Elle demande à la facilitation dirigée par le Président ougandais, Yoweri Museveni, d’empêcher Dr. Sezibera "à s’ingérer dans les conflits inter-burundais".

A côté de cette Association Ministère Africain de Compassion, quelques jours avant, le parti Forces National de Libération (FNL) proche du parti au pouvoir avait sorti aussi un communiqué de presse pour récuser la présence du Secrétaire Général de la CEA dans la facilitation du dialogue inter burundais.

Le président du FNL, Jacques Bigirimana a indiqué que Richard Sezibera était à Kampala, une semaine avant l’ouverture du dialogue inter burundais à Entebbe en Ouganda, avec l’opposition radicale vivant à l’extérieur du Burundi. Il l’a également accusé de fixer unilatéralement la date de la prochaine rencontre sans consulter la délégation burundaise.

D’après Jacques Bigirimana, Le Secrétaire Général de la CEA avait aussi montré un comportement hostile au gouvernement burundais lors des pourparlers de juillet à Bujumbura avant les élections de 2015. Il a ajouté que les relations entre le Burundi et le Rwanda ne sont pas au bon fixe et que Richard Sezibera est un membre influent du parti au pouvoir au Rwanda mais aussi un envoyé spécial du Président Kagame à la CEA. Des raisons de plus pour ne plus l’accepter parmi les facilitateurs, ainsi a-t-il martelé.

Il demande au gouvernement burundais et à l’opposition de ne plus participer à ce dialogue inter burundais chaque fois que Richard Sezibera y prendra part comme facilitateur. Il a demandé au Président ougandais de ne jamais le convier à ces assises.

Ces voix s’élèvent après un incident diplomatique qui s’est produit à Bujumbura, il y a quelques mois, sur fond de tensions avec le Rwanda que le Burundi accuse d’héberger les agresseurs burundais, de former et d’entrainer des groupes rebelles qui veulent attaquer le Burundi.

Le 28 octobre à Bujumbura, alors qu’une délégation de la médiation dirigée par Dr. Crispus Kiyonga pour le dialogue inter-burundais avait rendez-vous avec les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale burundais, Richard Sezibera s’est vu l’accès lui refusé. Le Sénat burundais s’est défendu en expliquant que Richard Sezibera n’était pas sur la liste de la délégation, ce qui a poussé les services de sécurité de lui refuser l’accès à l’édifice.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

442 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
le compteur des retenues démarre à la fonction publique,(popularité : 3 %)

La sécurité des témoins, une des solutions pour l’impunité au Burundi ,(popularité : 3 %)

Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)

Quid sur la déclaration de guerre contre Bujumbura ,(popularité : 2 %)

Pas de négociations entre le CNDD-FDD et l’ADC ikibiri en Suisse ,(popularité : 2 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 2 %)

Grève : Plaidoirie pour un terrain d’entente,(popularité : 2 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 2 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 2 %)