Une des facultés à l’Université du Burundi est en grève il y a un mois


Les étudiants de la Faculté des Lettres et Sciences ont arrêtés les cours il y a exactement un mois. Ils demandent des stages et la clarification de leur maquette des cours.



Par: Isanganiro , mercredi 13 janvier 2016  à 20 : 02 : 36
a

C’était le 14 décembre de l’année dernière quand les étudiants des cinq départements de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines à savoir Langue et Littérature Françaises, Langue et Littérature Anglaise, Langues et Littératures Africaines, Géographie et Histoire ont décidé de suspendre les cours.

Comme certains étudiants le disent, ils ont d’abord adressé une correspondance au Recteur de l’Université du Burundi qui n’a pas répondu. Ils lui demandaient de réagir sut le fait qu’ils n’ont pas jusqu’à présent la maquette de leurs cours. Ils réclament également une clarification de la part du Recteur sur les programmes de stages dans cette Faculté.

Ils expliquent que le Recteur de cette Université avait demandé au conseil de faculté de faire une retraite le 1er octobre de l’année passée pour trouver des solutions à leurs revendications. Chose étonnante, font remarquer ces étudiants, cette autorité rectorale a rejeté en bloc les formulations de ce conseil sans donner ses alternatives.

Les étudiants de ces cinq départements disent ne pas comprendre pourquoi les autres facultés et instituts ont leurs maquettes et les finalistes du Baccalauréat 3 font des stages à l’exception de la Faculté Des Lettres et Sciences Humaines.

Face à ces deux problèmes, ils soulignent qu’ils ne reprendront le chemin des auditoires qu’ après avoir eu des solutions durables.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

648 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »



a

Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours



a

Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre



a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme





Les plus populaires
Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours ,(popularité : 34 %)

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »,(popularité : 19 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 10 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 10 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 9 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 9 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 9 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 9 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 8 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 8 %)