Huit mois de silence pour certains médias privés au Burundi


La radio Isanganiro, la radio Bonesha FM, la radio-télévision Renaissance FM , et la radio Publique africaine totalisent jour pour jour huit mois de silence ce 14 01 2016, après avoir été détruites le 14 mai 2015. Les journalistes n’ont pas jusqu’à présent accès è leur site depuis ce jour.



Par: Isanganiro , jeudi 14 janvier 2016  à 13 : 16 : 49
a

Suite à l’interdiction d’accès aux sites des radios détruite, une décision prise par le procureur général de la république, valentin BAGORIKUNDA, le travail des journalistes de ces médias est presqu’impossible jusqu’aujourd’hui.

Cette situation a privé de l’information à une grande partie de la population burundaise qui dépendait de ces radios en ce qui est de l’information, ce qui a donné lieu à la rumeur propagée à travers les réseaux sociaux.

La plupart des personnes font recours à ces réseaux sociaux mais l’information publiée reste souvent difficile à vérifier et parfois, l’on remarque plus tard qu’une partie de cette dernière était fausse.

Le grand média qui donne de l’information reste la radiotélévision nationale du Burundi qui, selon une certaine opinion de la population, ne privilégie pas le pluralisme d’idée ou d’opinion, parce qu’on n’y trouve en grande partie que de l’information officielle.

Les Isanganiro, Bonesha FM, la radio Publique africaine, la radio-télévisions Renaissance FM et Rema FM, ont été détruites à la suite du coup d’Etat manqué du 13 mai 2015. Toutefois, la radio-télé-Rema FM a reçu la permission de réémettre. Pour le moment, elle ne balance que de la musique.

La communauté internationale, certains parlementaires burundais et une autre parie de la population, réclament toujours dans leurs interventions la réouverture des radios détruites pour éviter la rumeur.

Le président de la république du Burundi pierre NKURUNZIZA a précisé dans sa dernière sortie médiatique è Gitega au mois de décembre 2015, qu’il était au courant que deux de ses radios détruites peuvent être rouvertes dans les prochains jours.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

440 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo





Les plus populaires
Le secteur de l’éducation "en ruine" !,(popularité : 100 %)

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants,(popularité : 32 %)

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...,(popularité : 20 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 7 %)

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés,(popularité : 5 %)

Ruyigi : Le Centre St François de Kayongozi, plus de 30 ans au service de la population démunie,(popularité : 5 %)

Muyinga/Handicapés à l’école,(popularité : 4 %)

La loi de la jungle se taille de l’espace à Bujumbura ,(popularité : 4 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 3 %)

Vers la reprise des cours dans les universités privées,(popularité : 3 %)