Juma Nduwimana : un handicapé d’un quartier populaire intégré professionnellement


Malgré la paralysie de toutes ses jambes, Juma Nduwimana gagne sa vie en tant que mécanicien. Ce travail lui évite de vivre de la mendicité comme c’est le cas pour la plupart des infirmes de la capitale Bujumbura.



Par: Isanganiro , vendredi 15 janvier 2016  à 11 : 30 : 27
a

Juma Nduwimana est un mécanicien très apprécié dans son quartier Gitega de la zone urbaine de Kinama. Ses clients viennent le trouver à la maison. « Chaque jour je répare deux à trois véhicules et gagne 15 milles à 20 milles francs », s’en réjouit-il.

Ce mécanicien reconnait que son travail est très fatigant pour un infirme mais puise ses forces dans la passion qu’elle a pour la réparation des véhicules précise-t-il. « Cette passion vient je crois de mon père qui était chauffeur des poids lourds dans les années 70 et 80, tous les matins il me mettait sur ces jambes et je prenais le volant avec lui en faisant un petit tour », raconte Juma Nduwimana.

Si Juma gagne sa vie dans la mécanique, il est diplômé en menuiserie. Il indique que les quelques années qu’il a passé dans la menuiserie n’ont été que morose : « je ne cessais pas de mentir mes clients. J’étais obligé tout le temps à me cacher lorsque des clients venaient réclamer en même temps leurs biens ».

Le mécano dit être fière de son travail qui le permet de nourrir sa femme et ses 5 enfants. Il appelle les autres handicapés à aimer et vivre de leur travail.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

208 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 5 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 4 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 4 %)

Le Général Rodrigue Bunyoni n’est plus ,(popularité : 3 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 3 %)

Rumonge : les prix de l’huile de palme chutent,(popularité : 3 %)

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout ,(popularité : 3 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 3 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 3 %)

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services,(popularité : 3 %)