Une représentation élue mais non reconnue des étudiants à l’Université du Burundi


Les étudiants de l’Université du Burundi accusent leur Recteur de mettre à l’écart leur représentation au profit d’un groupe non élu.



Par: Isanganiro , vendredi 15 janvier 2016  à 11 : 32 : 46
a

« Nous venons de faire plus de 6 mois sans nous réunir en assemblée générale », se lamentent des étudiants de l’Université du Burundi.

Les étudiants de cette Université se demandent pourquoi les autorités rectorales leur interdisent de se rencontrer chaque fois de besoin. Ils montrent qu’ils ont tenté plusieurs fois même après avoir sollicité l’autorisation auprès de ces autorités mais en vain.

Ils donnent l’exemple du 29 décembre 2105, quand ils avaient organisé une réunion en assemblée générale de tous les trois cent délégués des classes de l’Université du Burundi.

Comme ils le montrent, le Recteur de cette université publique a refusé la tenue de cette réunion en recommandant même au chargé de sécurité au campus Mutanga de ne pas permettre la rencontre. Ce chargé de sécurité a ensuite téléphoné les étudiants en les empêchant de se réunir.

Ces étudiants ne comprennent pas pourquoi le Recteur a peur des assemblées générales des étudiants ou de tous les délégués des classes ?

Ils pensent que cette autorité académique n’est pas libre dans la prise des décisions. Ils donnent l’exemple du 11 janvier cette année quand le Recteur a reçu en audience le président de l’organe des délégués généraux. Selon nos sources, cette autorité lui a posé la question de savoir la situation actuelle des étudiants. L’étudiant lui a répondu qu’il ne connaît rien. A propos de la tenue des réunions, le Recteur lui a indiqué qu’il compte consulter les autres, ainsi a poursuivi notre source en concluant qu’il n’est pas indépendant dans l’exercice de ses fonctions.

Les étudiants font remarquer qu’il y a beaucoup de problèmes au sein de tous les campus universitaires publics dont les solutions allaient passer par des réunions en assemblée générales. Ils citent notamment la suppression du petit déjeuner, le nouveau règlement académique du baccalauréat, les stages, les bourses et la cohabitation des étudiants.

D’après ces étudiants, le Recteur ne devrait pas permettre à un groupe de cinq étudiants non élus de convoquer des réunions où personne ne se présente.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

439 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques





Les plus populaires
Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire ,(popularité : 28 %)

Le secteur de l’éducation "en ruine" !,(popularité : 6 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 4 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 3 %)

Murwi : Un bébé abandonné par ses parents ; l’administration crie au secours !! ,(popularité : 3 %)

La corruption c’est aussi dans nos hôpitaux, constat du 2ème vice Président ,(popularité : 3 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 3 %)

Imaginez avoir des petits-enfants qui ne sont pas capables de parler votre langue,(popularité : 3 %)

L’instauration d’une taxe intermediaire de 10% décriée par les groupes sociaux,(popularité : 3 %)

Le Focode élève la voix en faveur des Pasteurs ,(popularité : 3 %)