Une représentation élue mais non reconnue des étudiants à l’Université du Burundi


Les étudiants de l’Université du Burundi accusent leur Recteur de mettre à l’écart leur représentation au profit d’un groupe non élu.



Par: Isanganiro , vendredi 15 janvier 2016  à 11 : 32 : 46
a

« Nous venons de faire plus de 6 mois sans nous réunir en assemblée générale », se lamentent des étudiants de l’Université du Burundi.

Les étudiants de cette Université se demandent pourquoi les autorités rectorales leur interdisent de se rencontrer chaque fois de besoin. Ils montrent qu’ils ont tenté plusieurs fois même après avoir sollicité l’autorisation auprès de ces autorités mais en vain.

Ils donnent l’exemple du 29 décembre 2105, quand ils avaient organisé une réunion en assemblée générale de tous les trois cent délégués des classes de l’Université du Burundi.

Comme ils le montrent, le Recteur de cette université publique a refusé la tenue de cette réunion en recommandant même au chargé de sécurité au campus Mutanga de ne pas permettre la rencontre. Ce chargé de sécurité a ensuite téléphoné les étudiants en les empêchant de se réunir.

Ces étudiants ne comprennent pas pourquoi le Recteur a peur des assemblées générales des étudiants ou de tous les délégués des classes ?

Ils pensent que cette autorité académique n’est pas libre dans la prise des décisions. Ils donnent l’exemple du 11 janvier cette année quand le Recteur a reçu en audience le président de l’organe des délégués généraux. Selon nos sources, cette autorité lui a posé la question de savoir la situation actuelle des étudiants. L’étudiant lui a répondu qu’il ne connaît rien. A propos de la tenue des réunions, le Recteur lui a indiqué qu’il compte consulter les autres, ainsi a poursuivi notre source en concluant qu’il n’est pas indépendant dans l’exercice de ses fonctions.

Les étudiants font remarquer qu’il y a beaucoup de problèmes au sein de tous les campus universitaires publics dont les solutions allaient passer par des réunions en assemblée générales. Ils citent notamment la suppression du petit déjeuner, le nouveau règlement académique du baccalauréat, les stages, les bourses et la cohabitation des étudiants.

D’après ces étudiants, le Recteur ne devrait pas permettre à un groupe de cinq étudiants non élus de convoquer des réunions où personne ne se présente.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

406 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme



a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !





Les plus populaires
Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme,(popularité : 55 %)

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 38 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 14 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 6 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 6 %)

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités ,(popularité : 6 %)

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent,(popularité : 5 %)

Entre la CNTB et la fondation Intahe , le torchon brule,(popularité : 4 %)

Muyinga/Handicapés à l’école,(popularité : 4 %)

Le Burundi parmi les prochaines victimes de la famine, parle un rapport ,(popularité : 4 %)