Une représentation élue mais non reconnue des étudiants à l’Université du Burundi


Les étudiants de l’Université du Burundi accusent leur Recteur de mettre à l’écart leur représentation au profit d’un groupe non élu.



Par: Isanganiro , vendredi 15 janvier 2016  à 11 : 32 : 46
a

« Nous venons de faire plus de 6 mois sans nous réunir en assemblée générale », se lamentent des étudiants de l’Université du Burundi.

Les étudiants de cette Université se demandent pourquoi les autorités rectorales leur interdisent de se rencontrer chaque fois de besoin. Ils montrent qu’ils ont tenté plusieurs fois même après avoir sollicité l’autorisation auprès de ces autorités mais en vain.

Ils donnent l’exemple du 29 décembre 2105, quand ils avaient organisé une réunion en assemblée générale de tous les trois cent délégués des classes de l’Université du Burundi.

Comme ils le montrent, le Recteur de cette université publique a refusé la tenue de cette réunion en recommandant même au chargé de sécurité au campus Mutanga de ne pas permettre la rencontre. Ce chargé de sécurité a ensuite téléphoné les étudiants en les empêchant de se réunir.

Ces étudiants ne comprennent pas pourquoi le Recteur a peur des assemblées générales des étudiants ou de tous les délégués des classes ?

Ils pensent que cette autorité académique n’est pas libre dans la prise des décisions. Ils donnent l’exemple du 11 janvier cette année quand le Recteur a reçu en audience le président de l’organe des délégués généraux. Selon nos sources, cette autorité lui a posé la question de savoir la situation actuelle des étudiants. L’étudiant lui a répondu qu’il ne connaît rien. A propos de la tenue des réunions, le Recteur lui a indiqué qu’il compte consulter les autres, ainsi a poursuivi notre source en concluant qu’il n’est pas indépendant dans l’exercice de ses fonctions.

Les étudiants font remarquer qu’il y a beaucoup de problèmes au sein de tous les campus universitaires publics dont les solutions allaient passer par des réunions en assemblée générales. Ils citent notamment la suppression du petit déjeuner, le nouveau règlement académique du baccalauréat, les stages, les bourses et la cohabitation des étudiants.

D’après ces étudiants, le Recteur ne devrait pas permettre à un groupe de cinq étudiants non élus de convoquer des réunions où personne ne se présente.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

453 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises





Les plus populaires
Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 20 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 20 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 18 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 17 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 17 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 16 %)

L’hôpital public de Rumonge face à de nombreux problèmes,(popularité : 15 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 15 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 15 %)

Muyinga : Les chrétiens doivent s’engager dans la politique,(popularité : 14 %)