Nyakabiga : Les ménages déménagent


Pas mal de familles ont quitté certaines avenues de la zone Nyakabiga depuis les attaques du 11 Décembre dernier. Certains petits commerces ne s’y exercent plus. Ceux qui poursuivent leurs activités affirment que la clientèle a sensiblement diminué.



Par: Isanganiro , lundi 18 janvier 2016  à 11 : 44 : 08
a

Certaines avenues de la zone Nyakabiga dans la commune urbaine de Mukaza sont quasi désertes. Depuis les attaques du 11 Décembre dernier, beaucoup de familles ont déménagé vers d’autres endroits plus ou moins sûrs. Certaines familles qui sont restées dans cette zone ont tout au moins envoyé leurs enfants ailleurs, surtout les jeunes garçons, dans d’autres lieux.‘’ Au moins mettre à l’abri les enfants, Ils sont plus vulnérables’’, disent certains parents de cette zone, qui ajoutent que les risques d’insécurité persistent ‘’.

Pour d’autres familles dont les enfants sont restés, M.A., mère de 5 enfants qui fréquentent les écoles de cette localité, indique qu’elle a évité de faire interrompre les études pour ses enfants. ‘’ Sinon je les aurais envoyés à l’intérieur du pays ’’.

De l’autre côté, les propriétaires des maisons se lamentent. Ils sont, soit obligés de diminuer les loyers, soit obligés de laisser leurs maisons inoccupées. Pour une maison à trois chambres qui se louait a 250.000 Frs Bu, le bailleur a dû diminuer de 100.000 Frs Bu pour la faire louer à 150.000 Frs. Beaucoup d’autres maisons sont inoccupées.

Le désespoir est aussi du côté de ceux qui exercent les petits commerces. Les coiffeurs, les vendeurs du lait ou des fruits, du charbon, les boutiquiers, ….crient au manque de la clientèle suite à la situation sécuritaire de cette zone. Ils affirment que les gens rentrent très tôt. ‘’Au-delà de 19h, la circulation est preste totalement coupée’’.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

491 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 14 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 10 %)

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara,(popularité : 8 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 8 %)

Le saignement chez la femme : Un problème de décollement placentaire,(popularité : 8 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 7 %)

Rumonge : Un dernier redéploiement des enseignants ?,(popularité : 7 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 7 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 7 %)

Aucun retrait sur les comptes de Maison Shalom et de Barankitse,(popularité : 7 %)