Gihanga : quatre personnes tabassées par les policiers en patrouille


Bigirimana Pascal, l’une des victimes, après avoir été sérieusement tabassé, il a été mordu par un chien qui accompagnait les policierset ce lundi, il n’avait pas ou donner de la tête puisqu’il n’a pas pu avoir un document attestant qu’il a été mordu par un chien afin qu’il soit soigné.



Par: Isanganiro , lundi 18 janvier 2016  à 13 : 44 : 35
a

Au cours de cette nuit de dimanche à lundi, les policiers en patrouille au chef-lieu de la commune Gihanga, accompagnés de leur chien, frappaient les passants dans la rue qui mène vers le quartier Ragaza. Certains ont été tabassés, d’autres ont pris le large. Une source proche de la police révèle que ce serait à cause des rumeurs qui circulaient hier soir faisant étatd’éventuelles infiltrations des malfaiteurs et les policiers obligeaient les gens à rentrer afin de mieux sécuriser les quartiers. Ceux qui manifestaient une certaine résistance étaient battus.

"Je suis arrivé devant ce bistrot dénommé Kumutaka, c’était entre 20h et 21h, je me suis retrouvé dans les mains d’un policier, il m’afrappé, des gifles et des gifles, puis je me suis allongé par terre, son collègue m’a aussi tabassé avec un bâton au moment où je criais en prononçant difficilement mon nom pour expliquer que je rentrais chez moi et que je ne suis pas du tout un malfaiteur", a raconté l’une des victimes, Pascal Bigirimana visiblement fatigué.

Il dit qu’il a été poursuivi par un chien qui l’a mordu sur la jambe quand il est parvenu à échapper. Son pied commence à gonfler.

"Je ne peux pas marcher à pieds, heureusement que mon voisin m’a prêté son vélo", se lamente-t-il.

Il dit que l’administrateur l’a envoyé chez le vétérinaire communal chercher un papier attestant qu’il a été mordu par un chien pour se faire soigner, un papier lui refusé selon lui. "Le vétérinaire m’a orienté chez son collègue qui n’est pas là, tout ce que je sais, c’est que ce chien des policiers n’est jamais vacciné. Comment ne peut-il pas avoir de la rage ?" se lamente-t-il.

Les habitants de Gihanga déplorent les faits et se demandent pourquoi ils seraient contraints à rentrer tôt alors qu’il n’y a pas de couvre-feu. Le chef de colline, lors d’une réunion de sécurité tenue ce lundi même à la commune a également présenté ce rapport selon une source proche de l’administration communale.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

342 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public



a

Gatumba : Une attaque à bilan « compliqué » !



a

Mugara : Climat malsain entre les fideles de l’église UEPEBU ce dimanche



a

Bururi : Un policier tué , un autre blessé à Kivumu ce mercredi



a

Muyinga : Des camions remorques bloqués en plein centre urbain



a

"Plus jamais ça à l’endroit des journalistes", implore le CNC



a

Le gouverneur de Rumonge contre la justice populaire



a

Burundi : Le Rwanda renvoie des ressortissants burundais "irréguliers"



a

Burundi : Pas d’enlèvements des enfants, rassure Pierre Nkurikiye





Les plus populaires
Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève ,(popularité : 72 %)

Des chiens errants à Bubanza, un danger public,(popularité : 15 %)

Gatumba : Une attaque à bilan « compliqué » !,(popularité : 4 %)

Un officier de la FDN kidnappé dans la réserve naturelle de Rukoko,(popularité : 3 %)

Y aurait-il une rébellion contre Bujumbura ?,(popularité : 3 %)

Des cachots illégaux sont entretenus par certains chefs de zones de la commune Rumonge,(popularité : 3 %)

Grève à l’Université du Burundi sur fond de retard des bourses d’étude des assistants,(popularité : 2 %)

Attentat contre le commandant du 311 ème bataillon commando,(popularité : 2 %)

Acculés à fuire à cause probablement des imbonerakure ,(popularité : 2 %)

Criminalité à Cibitoke : un enseignant tabassé, accusé de sorcellerie à Bukinanyana,(popularité : 2 %)