Le saignement chez la femme : Un problème de décollement placentaire


Après accouchement, la cavité utérine qui tarde à se rétracter peut occasionner une hémorragie. Cela est un cas d’urgence selon docteur Déogratias Ntukamazina Gynéco-obstétricien au Centre Hospitalo-Universitaire de Kamenge (Hôpital Roi Khaled).



Par: Isanganiro , mercredi 20 janvier 2016  à 11 : 43 : 54
a

La femme peut saigner pour cause de lésions traumatiques ou d’épisiotomie pouvant entrainer des décès maternel, indique Dr Déogratias Ntukamazina. Il explique que pendant la grossesse, le fœtus et le placenta s’accolent sur l’utérus. Après accouchement ou avortement , le fœtus sort ainsi que les annexes. De gros vaisseaux placentaires doivent sortir et l’utérus doit se rétracter. Selon le gynéco-obstétricien, ces vaisseaux maternels peuvent ne pas se fermer à cause d’un décollement placentaire incomplet ou des restes dans l’utérus.

Selon toujours Ntukamazina, d’autres causes de saignement qui peuvent se voir après accouchement à savoir sont les lésions traumatiques au niveau des voies génitales basses, une déchirure du col ou une rupture utérine.

Le Gynéco-obstétricien L’hémorragie post- accouchement ou post-avortement figure parmi les premières causes de décès maternel dans le monde en particulier dans les pays en voie de développement. Si l’intervention n’est pas faite rapidement, la femme peut mourir.

Que doit faire la personne qui dirige l’accouchement en cas de saignement ?

Agir très rapidement, conseille le gynéco-obstétricien. Si l’utérus reste atone (reste gros, ne se rétracte pas) l’infirmier, la sage-femme ou l’obstétricien doit bien regarder s’il faut suturer. Une fois que l’utérus saigne beaucoup à cause des restes, il faut faire une révision utérine et un massage utérin.

Des précautions à prendre ?

Le saignement n’est pas prévisible comme l’annonce le docteur Ntukamazina. Toutefois, une femme enceinte doit se faire suivre pendant les consultations prénatales (les CPN). Ces dernières permettent de dégager des facteurs de risque d’un avortement ou d’un accouchement difficile. Un petit bassin chez la femme risque de provoquer une rupture interne pendant l’accouchement, l’anémie est également un facteur de risque de saignement d’où ce docteur souligne la grande importance des CPN.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

341 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage



a

Karusi : une mère et ses trois enfants accueillis au bureau du CDFC



a

L’Aïd el-Fitr : les leaders appellent à l’unité des musulmans à l’approche des élections de 2020





Les plus populaires
Voitures « Hello taxi » empêché de rouler au Burundi ,(popularité : 13 %)

Bubanza : pandémie du paludisme,(popularité : 6 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 6 %)

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?,(popularité : 5 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 4 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 4 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 4 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 4 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 4 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 4 %)