Université du Burundi : Les étudiants internes prêts à revendiquer leur petit déjeuner


Les étudiants de l’Université du Burundi menacent de réagir violemment si la mesure de supprimer le petit déjeuner est maintenue.



Par: Isanganiro , mercredi 20 janvier 2016  à 11 : 46 : 03
a

L’organe des délégués généraux dans cette université ont adressé lundi 18 janvier 2016 une correspondance au Directeur de la Régie des Oeuvres Universitaires du Burundi lui demandant d’annuler la décision de suppression du petit déjeuner à partir du 1er février de cette année.

Comme nous le lisons dans cette correspondance, les délégués généraux déplorent d’abord le fait que le Directeur de la Régie des Œuvres Universitaires n’a pas consulté ces délégués avant de prendre une telle mesure. Ils rappellent à cette autorité que la mesure de suppression du petit déjeuner avait été introduite en 2007, 2014 et 2015 mais qu’elle avait été annulée suite aux arguments fournis par des étudiants.

Face à cette situation, les étudiants proposent pas mal de solutions. Ils citent notamment l’affectation de la somme destinée à l’achat des sauces tomates au montant alloué au petit déjeuner. Une autre source de revenus d’après ces étudiants, c’est la somme provenant de la location des cantines, de la cafétéria, des boutiques, des terres cultivables et des maisons louées.

Selon ces étudiants, supprimer le petit déjeuner revient à supprimer une partie de la bourse des étudiants internes. Dans cette correspondance, ces représentants des étudiants demandent au Directeur de la Régie des Œuvres Universitaires d’annuler la décision visant la suppression du petit déjeuner. Au cas contraire concluent-ils, la réaction des étudiants sera difficile à gérer.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

527 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 10 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 9 %)

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara,(popularité : 8 %)

La Télévision Nationale : Des fortes pluies ont endommage son émetteur ,(popularité : 7 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 6 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 6 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 6 %)

Le saignement chez la femme : Un problème de décollement placentaire,(popularité : 6 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 6 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 5 %)