KANYANGA, une boisson qui tue




Par: Isanganiro , dimanche 24 janvier 2016  à 15 : 28 : 28
a

La zone Muramba de la commune et province Bubanza a perdu vingt-sept personnes en 2015, mortes après consommation excessive du kanyanga, une liqueur produite localement. Le gouverneur de cette province déplore les faits et appelle les instances habilitées à une révision de la loi afin de mieux éradiquer cette boisson prohibée qui continue à emporter des vies humaines.

Tharcisse Niyongabo précise que, et les fabricants, et les vendeurs et les consommateurs sont connus mais que le peu d’amende prévue par la loi actuelle comme sanction et quelques jours de cachot ne signifient rien pour eux.

« Dans la seule zone Muramba de notre province, les administratifs à la base ont pu enregistrer 27 morts, victimes de kanyanga en 2015. Imaginez qu’on portait ce nombre à quinze zones que compte notre province ! On aurait par an plus de quatre cent victimes de cette boisson prohibée par la loi, ce qui serait catastrophique », a indiqué le gouverneur de la province Bubanza lors d’une réunion avec la population de la colline Rugunga en commune Gihanga ce jeudi.

Tharcisse Niyongabo a également révélé que les fabricants de cette boisson, les vendeurs et les consommateurs ont été identifiés et sont aujourd’hui connus. « Je les ai même invités un jour dans une réunion , ils se sont tous présentés. A ma grande surprise, au lieu de dire qu’ils vont abandonner, ils réclament plutôt être reconnus dans les registres des commerçants et payer les taxes comme les autres. Les frais d’amende et quelques jours de cachot ne signifient rien pour ces gens qui disent que c’est le commerce le plus rentable », dit Tharcisse Niyongabo lors de cette réunion, ajoutant que la loi devrait plutôt être révisée pour augmenter les sanctions.

« Mon mari était un vrai consommateur de kanyanga. C, était sa boisson préférée. Mais le problème, il ne mangeait pas. Il rentrait toujours ivre et quand je lui présentais de la nourriture, il la renversait et s’endormait comme ça. Il ne pouvait pas tenir longtemps, il est tombé malade et un médecin nous a révélé que son appareil digestif était complètement détruit et il a fini par mourir », regrette une veuve rencontrée à Muramba, en commune Bubanza.

Elle ajoute que, même si elles continuent à faire des dégâts, les boissons prohibées comme kanyanga, umudring, umunanasi et autres, restent difficiles à éradiquer puisque c’est un commerce rentable mais aussi que ceux qui devraient les combattre (certains administratifs à la base et certains policiers) en tirent profit.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

332 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara





Les plus populaires
Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire ,(popularité : 4 %)

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires ,(popularité : 4 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 4 %)

L’Union Européenne déçue par la nouvelle loi sur la presse ,(popularité : 3 %)

La COSYBU plaide pour une harmonisation salariale juste ,(popularité : 3 %)

Climat délétère entre Léo et Onamob,(popularité : 3 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 3 %)

Les anciens hommes armés handicapés réclament leurs droits ,(popularité : 3 %)

Village Health Works veut construire un pavillon pour la santé de la mère au Burundi ,(popularité : 3 %)

Tollé autour d’un probable détournement de plus de 12 millions de Fbu ,(popularité : 3 %)