Le nouveau marché de Jabe ne fonctionne pas encore


L’heure est à la construction des installes toutes en bois. Les activités dans le nouvel emplacement n’ont pas encore débuté. Une clôture en tôles sépare désormais le lycée municipal de Bwiza du marché situé sur le terrain de cette école.



Par: Isanganiro , lundi 25 janvier 2016  à 15 : 03 : 36
a

Construit sur le terrain de jeu du lycée municipal de Jabe, le nouveau marché manque de latrines et d’eau potable. Les commerçants ayant récemment aménagé vers ce lieu ne savent point où ils vont se soulager. « Ce qui importe pour le moment c’est que nous soyons installés dans nos places et stands et que l’on puisse commencer notre business », déclarent certains commerçants.

Plein de boue, le nouveau site n’est pas encore bien aménagé. Certains stands ont été achevés alors que d’autres sont en train d’être construits. Des vendeurs qui avaient des stands dans l’ancien marché indiquent n’avoir pas eu de places, une erreur qu’ils collent aux différents comités de ce marché.

Bien qu’un mur de tôles sépare le lycée et le marché, les élèves se plaignent du bruit que font les commerçants qui construisent. Ces élèves nous ont en outre indiqué qu’un montant de 3000tfrs leur a été demandé par la direction de l’école pour qu’un portail de l’école soit érigé afin de minimiser les va-et-vient des vendeurs dans la cour de l’école à la recherche des latrines et de l’eau.

Les plus chanceux sont des vendeurs de clous qui se sont déjà installés le long de l’avenue de l’imprimerie communément appelé avenue de la mort. Ceux qui font bâtir ces stands font payer entre quarante milles francs burundais et cinq milles francs.

Selon cette femme, ils ne pourront recouvrer l’argent qu’ils sont entrain de dépenser que ce soit pour la destruction de leurs anciennes maisonnettes ou de l’achat des planches ou encore lors de la construction des nouveau stands.

De peur de travailler à perte certains commerçants ont dû se chercher des places au marché dit chez Sion d’autres encore dans le marché provisoire dit de Cotebu.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

209 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 6 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 3 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 3 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 2 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 2 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 2 %)

Vente des hypothèques : un autre tare dans le système bancaire Burundais,(popularité : 2 %)

L’Inde et le Burundi signent un mémorandum d’entente,(popularité : 2 %)

Où en est on avec la politique de charroi zéro ? ,(popularité : 2 %)

Les caféiculteurs appellent le Gouvernement à sauver le secteur café,(popularité : 2 %)