Les déchets de l’ex-marché central de Bujumbura : Quid des conséquences sur la santé et l’environnement




Par: Isanganiro , jeudi 28 janvier 2016  à 20 : 10 : 47
a

Trois ans après l’incendie du marché central de Bujumbura, les restes ne sont toujours pas dégagés. Depuis 2014, le ministère de l’environnement a annoncé que ces déchets allaient être acheminés vers Muzinda en province Bubanza. Selon Gahungu Christophe, coordinateur du projet WACDEP, il y a un problème de coordination des services d’hygiène et d’assainissement de deux ministères, celui de l’environnement et celui de la santé. Il est très urgent de dégager cet endroit au nom de la santé de la population environnante.

Les déchets de l’ex -marché central de Bujumbura ont des effets néfastes sur l’environnement. D’après Gahungu Christophe coordinateur du projet Water and Climate Development Program (WACDEP), les déchets de cet ancien marché représente une menace contre la vie de la population environnante.

Au niveau de la pollution de l’air, après trois ans ces déchets se sont décomposés. En période de fortes pluies, il y a une sorte de fermentation qui dégage des gaz comme le méthane ou le dioxyde de carbone. Ces éléments causent des maladies respiratoires, voire des malformations des enfants chez les femmes qui font le petit commerce tout autour de l’ancien marché central.

La pollution de l’eau n’est pas du tout à démontrer. Selon toujours Gahungu, les résidus des métaux lourds dont les piles et autres qui s’y trouvaient se déversent directement dans le lac Tanganyika après les précipitations. Le poisson ou les nageurs sont directement affectés par cette eau infectée, bonjour le cancer.

Des promesses non tenues

Depuis fin 2014, le ministre de l’environnement d’alors avait, lors de la présentation des réalisations de ce ministère, annoncé qu’un lieu d’acheminement a été trouvé dans la province Bubanza. Comme l’indiquait Jean Claude Nduwayo, « ces déchets seront d’ici peu dégagés et jetés là où la nappe phréatique ne peut être facilement infectée », disait-il.

L’urgence s’impose

Le ministère de l’environnement, celui de la santé, ainsi que la Mairie de Bujumbura à travers les Services Techniques Municipaux (SETEMU) devraient se réunir dans l’urgence pour l’enlèvement de ces restes. Tout projet de reconstruction de l’ancien marché central de Bujumbura en un grand centre commercial comme récemment indiqué par le maire de la ville, suppose d’abord le dégagement de ces déchets, martèle Gahungu.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

308 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message