Bubanza, 400 enfants nés en décembre 2015, les autorités s’indignent




Par: Isanganiro , dimanche 31 janvier 2016  à 20 : 38 : 11
a

Selon les données disponibles dans les bureaux d’état civil des cinq communes de la province Bubanza, 400 enfants nés au mois de décembre 2015 ont été enregistrés, ce qui inquiète les autorités provinciales qui parlent d’accroissement de la population inquiétante.C’est dans ce cadre que les mêmesautorités ont déjà commencé une campagne de sensibilisation rappelant à la population de limiter les naissances.

Dans toutes les réunions organisées par le gouverneur de la province Bubanza ou ses proches collaborateurs, ils n’oublient jamais de parler à la population des conséquences de la pression démographique. ‘’Vous savez, au mois passé, en décembre, j’ai eu la curiosité de connaitre ce qui se passe à l’état civil, et on m’a appris qu’au total, 400 enfants nés au mois de décembre ont été enregistrés , c’est beaucoup. Imaginez alors ceux qui n’ont pas été enregistrés, ils sont encore nombreux !’’, a indiqué le gouverneur de la province Bubanza lors de sa dernière réunion sur la colline Rugunga.

Tharcisse Niyongabo, gouverneur de Bubanza, dans toutes les rencontres, rappelle aux habitants de cette province de limiter les naissances afin d’éviter les conflits et les problèmes liés à la pression démographique. ‘’Les terres n’augmentent pas, mais vous, vous vous multipliez sans considérer vos moyens et les moyens du pays. Approchez les médecins, ils vont vous aider en ce qui est du planning familial’’, leur a dit le gouverneur.

Même au cours du dialogue inter-burundais organisé à Bubanza ce vendredi, la question concernant la pression démographique a été beaucoup évoquée. "Nous observons actuellement une croissance démographique inquiétante. Ne faudrait-il pas qu’il y ait une loi qui fixe le nombre d’enfants que chaque ménage ne devrait pas dépasser", a indiqué Léopold Ndayisaba, administrateur de la commune Gihanga.

Malgré les efforts des dirigeants en matière de sensibilisation, certaines personnes sont encore loin de comprendre que les naissances devraient être limitées et voient plutôt en nombre d’enfants une grande richesse.

’’Aah, les enfants ,moi je vais les mettre au monde autant que je pourrai. Il y en a qui vont étudier, d’autres vont m’aider dans les champs et à la maison. Pourquoi nous dit-on de limiter les naissances ! Nous, nous n’avons pas de troupeaux de vaches, nous n’avons pas de comptes en banques ! Notre richesse, ce sont nos enfants’’, dit Miburo Angeline de la colline Gahwazi en commune Mpanda.

Agée de 28 ans et mère de 8 enfants, cette femme dit qu’elle ignore tout ce qui est du planning familial.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

279 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 15 %)

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants,(popularité : 7 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 5 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 5 %)

Célébration de la libération de Bob Rugurika à Bujumbura,(popularité : 5 %)

Muyinga : Les chrétiens doivent s’engager dans la politique,(popularité : 5 %)

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille,(popularité : 5 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 4 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 4 %)

Muyinga : Des activités visant la fidélisation des démobilisés du CNDD-FDD en cours ,(popularité : 4 %)