Le sommet d’Addis-Abeba : Un échec ou une réussite


Des réactions se multiplient après le sommet des Chefs d’Etat d’Addis-Abeba du 30 au 31 décembre 2015 sur la crise burundaise. Les chefs d’Etat n’ont pas validé l’envoi d’une force de sécurisation de la population au Burundi et, non plus, n’ont pas fixé le jour de la reprise du dialogue inter-burundais avec la médiation étrangère : Deux points qui étaient à l’ordre du jour. Les appréciations sont partagées selon les tendances politiques.



Par: Isanganiro , mardi 2 février 2016  à 13 : 39 : 03
a

« L’argument qui a prévalu contre les autres est celui de la souveraineté de l’Etat burundais », a indiqué le 2ème vice-président du Burundi à son arrivé à Bujumbura. Joseph Butore, qui avait piloté la délégation burundaise à Addis-Abeba, salut le choix des chefs d’états africains de s’être opposés à l’envoi d’une force africaine au Burundi contre la volonté du gouvernement. Cette autorité se félicite que les conclusions d’Addis-Abeba prouvent que le Burundi a toujours des amis.

Le parti FNL, lui aussi, salut les conclusions du sommet d’Addis-Abeba. Jacques Bigirimana président de ce parti se réjouit que les chefs d’états africains n’aient pas tombé dans le piège des détracteurs du pouvoir de Bujumbura. Selon lui, il n’y a aucune raison d’envoyer une force au Burundi car, dit-il, la sécurité est totale dans le pays sauf dans quelque 3 ou 4 quartiers de la capitale Bujumbura fief des insurgés qu’il faut mettre hors d’état de nuire.

Le parti UPRONA, aile de Charles Nditije, a une appréciation mitigé. « L’option d’envoyer la MAPROBU au Burundi est seulement suspendu mais n’est pas totalement écarté », indique le porte-parole de ce parti de l’opposition. Tatien Sibomana dit se référer aux propos du président en exercice de l’Union Africaine qui a indiqué, évoque-t-il, que si la violence continue au Burundi, la MAPROBU finira par y être envoyée.

« Le sommet d’Addis-Abeba n’est pas un échec mais pourrait l’être », fait remarquer le porte-parole de cette aile de l’UPRONA.

Cependant, Tatien Sibomana regrette qu’Addis-Ababa ne soit pas parvenu à trouver au moins une réponse à l’une des 2 questions qui étaient à l’ordre du jour. Selon lui, les chefs d’états auraient pu exiger et fixer une date précise de la reprise du dialogue inclusif. Cette personnalité de l’opposition espère que la délégation de haut niveau des chefs d’états dont on a parlé dans la capitale éthiopienne qui sera envoyée à Bujumbura arrivera à stopper la violence et à fixer une date précise des négociations sinon, dit-il, ce sera un échec cuisant de la diplomatie régionale et internationale. Tatien Sibomana prévient que cela est la dernière option pacifique.

Léonard Nyangoma, une autre figure de l’opposition, s’insurge contre les conclusions du sommet d’Addis-Abeba. Le président du CNARED fait remarquer qu’après l’assassinat du président Melchior Ndadaye en 1993, une force étrangère avait été sollicité mais n’est venue qu’en 2003 dix ans plus tard après que des massacres aient été commis. Il estime que cela devrait être évité.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

397 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 32 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 5 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 5 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 4 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 3 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 3 %)

Le M23 pourrait se retirer de Goma et de Saké,(popularité : 3 %)

Le marché de Kamenge en cendre : des larmes qui coulent !,(popularité : 2 %)

Les soldats burundais capturent deux points stratégiques en Somalie,(popularité : 2 %)

Cibitoke : Un démobilisé rwandais aux mains des Services National burundais de Renseignement,(popularité : 2 %)