Le gouvernement burundais se dit satisfait des conclusions du sommet de l’UA


Dans un communiqué publié ce mardi, le gouvernement du Burundi salue la décision prise par les chefs d’Etats et des gouvernements de ne pas envoyer des troupes étrangères sur son territoire. La mission composée de 5000 hommes avait été proposée par le conseil de paix et sécurité de l’Union Africaine.



Par: Isanganiro , mercredi 3 février 2016  à 11 : 27 : 32
a

Le secrétaire général et porte-parole du gouvernement, Philippe Nzobonariba indique que les burundais s’étaient déjà indignés contre le déploiement de la « Mission africaine pour la prévention et la protection" MAPROBU.

« Le gouvernement du Burundi a accueilli à bras ouverts la proposition des chefs d’Etats de l’Union africaine d’envoyer une délégation de haut niveau pour s’enquérir de la situation actuelle. Le gouvernement avait demandé à maintes reprises une telle délégation pour connaître la réalité du pays. C’est par là que le Conseil de paix et sécurité de l’Union africaine devraient commencer avant de prendre une décision d’envoyer la MAPROBU sur la base de faux rapports », lit-on dans ce communiqué.

Le gouvernement s’insurge contre des ONGs comme Amnesty international pour avoir publié de faux rapports sur le Burundi surtout des images que l’ONG données comme preuves possibles des charnières au Burundi. « Le Gouvernement de la République du Burundi condamne cette nouvelle tentative par Amnesty International pour ternir une fois de plus l’image du Burundi », souligne ledit communiqué.

Le même communiqué évoque l’engagement du gouvernement de mettre en application les recommandations du 26e sommet des chefs d’Etats de continuer un dialogue inclusif initié par le président ougandais Yoweri Museveni.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

279 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 40 %)

Les restes de Gahutu, et Misigaro pourront être rapatriées après des années,(popularité : 37 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 15 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 15 %)

Ils seraient sur le point d’être réconciliés ,(popularité : 14 %)

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface,(popularité : 12 %)

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !,(popularité : 12 %)

Faut-il attendre encore Rwagasore pour des organes crédibles du parti ?,(popularité : 12 %)

Les Imbonerakure en veulent à Anselme Nyandwi ,(popularité : 12 %)

Des réactions légèrement divergentes sur la démission de Mkapa ,(popularité : 12 %)