Flambée des cas de paludisme en province sanitaire de Muyinga




Par: Isanganiro , mercredi 3 février 2016  à 18 : 35 : 06
a

La province sanitaire de Muyinga connaît une flambée des cas de paludisme ces jours-ci, annonce le Dr Eric Manirakiza, médecin directeur du bureau provincial de la santé. Autour de 80.000 cas de paludisme ont été reçus dans les trois districts sanitaires de la province Muyinga au cours du mois de janvier 2016 contre 55.000 malades en janvier 2015.

La flambée des cas de paludisme a commencé à se manifester avec le mois d’août de l’année dernière, indique le Dr Eric Manirakiza. Face à cette situation d’augmentation de malades de malaria, les prestataires de soins se sont réunis ce mercredi pour échanger sur les causes probables de cette flambée. Les facteurs favorisant des cas de paludisme seraient une pluie abondante, la mauvaise observance des cas, la promiscuité, la mauvaise utilisation de la moustiquaire …

Parmi les actions urgentes à mener, la province sanitaire continue la prise en charge des cas et l’approvisionnement des centres de santé en médicaments contre la malaria, précise le Dr Manirakiza.

De façon particulière, pendant 12 jours, une unité mobile de quelques unités de médecins venus de Bujumbura, d’infirmiers et de technicien de laboratoire sera déployée dans les centres de santé touchés par ladite flambée pour épauler le personnel pré existant, a-t-on appris du médecin responsable de la Province sanitaire de Muyinga. Celui-ci compte également s’appuyer sur les leaders de l’administration locale pour mener une sensibilisation musclée de la population et lui rassurer de la disponibilité des médicaments de première intention, médicaments offerts gratuitement après un test aussi gratuit.

"Toute personnes ayant des céphalées, la fièvre, les vomissements et les courbatures doit se présenter dans une formation sanitaire pour se faire diagnostiquer", recommande-t-on.

Les prestataires de soins regrettent que des moustiquaires imprégnés d’insecticides ont été massivement distribués en 2014 pour la prévention de la malaria mais certains habitants ne s’en servent plus.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

131 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 14 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 10 %)

Le saignement chez la femme : Un problème de décollement placentaire,(popularité : 8 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 7 %)

Rumonge : Un dernier redéploiement des enseignants ?,(popularité : 7 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 7 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 7 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 7 %)

La toux, pas un seul signe de la tuberculose ,(popularité : 7 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 7 %)