Musaga : Des propriétaires de bistrots ne chantent pas


Il y a environ une semaine, les commerçants détenteurs de bistrots à certaines avenues de Musaga en commune urbaine de Muha éprouvent des difficultés dans leur travail. Des policiers leur ont donné l’injonction de se conformer à des heures précises. Ils avancent la question de sécurité selon des témoins.



Par: Isanganiro , lundi 8 février 2016  à 13 : 10 : 37
a

« Il ne fait plus jamais ouvrir son débit avant dix-sept heures, de lundi à vendredi. Samedi et dimanche, indique un commerçant anonyme, nos débits ouvrent à partir de midi ». Et de préciser que la fermeture est prévue chaque fois à vingt heures.

Notre interlocuteur, déçu de la mesure, fait savoir qu’il enregistre de grosses pertes financières. Il renseigne qu’il vendait ses boissons depuis la mi-journée jusqu’aux heures un peu avancées du soir. « Avant la crise, je travaillais même jusqu’autour de vingt-deux heures ». A y voir de près, ces détenteurs de débits de boissons travaillent actuellement trois heures le jour, contre huit, ou dix, voire plus dans la situation d’avant.

Ce client de la Brarudi déplore qu’il n’y ait pas eu de consensus, ni de négociation entre eux et la police avant la décision. Ce qu’il fait simplement savoir, c’est qu’à l’origine de cette prise de décision se trouverait la question d’insécurité.

Les commerçants éprouvés par cette mesure seraient essentiellement entre la première et la troisième avenue de Musaga. Nous n’avons pas pu avoir la situation sur d’autres avenues de ce quartier du sud de la capitale.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

416 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 7 %)

Le nouveau marché de Jabe ne fonctionne pas encore,(popularité : 3 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 3 %)

BURUNDI- Salubrité : Les services techniques municipaux asphyxiés par la Mairie de Bujumbura,(popularité : 3 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Banque Centrale : L’absence des décideurs politiques dans des échanges critiquée,(popularité : 3 %)

Gitega : Les habitants de Shatanya s’interrogent à quand les travaux de pavage à plus d’une décennie des cotisations,(popularité : 2 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 2 %)

Les Pays Bas financent la réhabilitation de deux barrages au Burundi,(popularité : 2 %)

Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance,(popularité : 2 %)