La malaria tue plus que la guerre au Burundi




Par: Isanganiro , mardi 9 février 2016  à 11 : 49 : 05
a

Le changement climatique, la période de contamination, la monté de la pauvreté, l’établissement du paludisme et son acceptation dans les ménages , le manque de moyens de lutte contre le paludisme , la mauvaise alimentation des nantis et même les non-nantis , ………… tels sont les facteurs qui expliquent la flambée épidémiologique de la malaria, révèle Ginette Karirekinyana, responsable de l’agence consultative en éthique de la coopération internationale, ACECI, une organisation de lutte contre le paludisme par usage des produits naturels

Alors que les mois de décembre et janvier sont les mois les plus dangereux de l’année avec une forte explosion de la malaria, Ginette Karirekinyana constate que plus de 100 personnes meurent chaque semaine au Burundi ces derniers mois à cause de cette maladie dans les provinces qui n’étaient pas les plus touchées les années antérieures, notamment Ngozi, Muyinga, Kirundo , Karusi et Rutana.

Pour Ginette Karirekinyana, la grande cause de cette endémie est que les Burundais semblent avoir adopté et accepté la malaria qui s’établi dans les ménages comme quelque chose de normal qui fait partie de la vie courante.

En plus, le changement climatique figure parmi tant d’autres grandes causes de la malaria au Burundi. Certaines de ces régions deviennent de plus en plus chaudes et les parasites en profitent pour se développer.

Selon toujours, Ginette Karirekinyana, la population de ces régions ne sait pas comment se protéger contre le paludisme, ce qui est aggravé par des professionnels de la santé qui font face au manque de moyens suffisants pour prévenir ce fléau.

Le paludisme est depuis longtemps considéré comme la principale cause de mortalité infantile au Burundi. Il est responsable de 48,0% des décès chez les enfants de moins de 5 dans les établissements de santé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

249 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme



a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !





Les plus populaires
Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme,(popularité : 33 %)

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 27 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 15 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 7 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 7 %)

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités ,(popularité : 6 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 4 %)

Vers la reprise des cours dans les universités privées,(popularité : 3 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 3 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 3 %)