La malaria tue plus que la guerre au Burundi




Par: Isanganiro , mardi 9 février 2016  à 11 : 49 : 05
a

Le changement climatique, la période de contamination, la monté de la pauvreté, l’établissement du paludisme et son acceptation dans les ménages , le manque de moyens de lutte contre le paludisme , la mauvaise alimentation des nantis et même les non-nantis , ………… tels sont les facteurs qui expliquent la flambée épidémiologique de la malaria, révèle Ginette Karirekinyana, responsable de l’agence consultative en éthique de la coopération internationale, ACECI, une organisation de lutte contre le paludisme par usage des produits naturels

Alors que les mois de décembre et janvier sont les mois les plus dangereux de l’année avec une forte explosion de la malaria, Ginette Karirekinyana constate que plus de 100 personnes meurent chaque semaine au Burundi ces derniers mois à cause de cette maladie dans les provinces qui n’étaient pas les plus touchées les années antérieures, notamment Ngozi, Muyinga, Kirundo , Karusi et Rutana.

Pour Ginette Karirekinyana, la grande cause de cette endémie est que les Burundais semblent avoir adopté et accepté la malaria qui s’établi dans les ménages comme quelque chose de normal qui fait partie de la vie courante.

En plus, le changement climatique figure parmi tant d’autres grandes causes de la malaria au Burundi. Certaines de ces régions deviennent de plus en plus chaudes et les parasites en profitent pour se développer.

Selon toujours, Ginette Karirekinyana, la population de ces régions ne sait pas comment se protéger contre le paludisme, ce qui est aggravé par des professionnels de la santé qui font face au manque de moyens suffisants pour prévenir ce fléau.

Le paludisme est depuis longtemps considéré comme la principale cause de mortalité infantile au Burundi. Il est responsable de 48,0% des décès chez les enfants de moins de 5 dans les établissements de santé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

265 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats





Les plus populaires
Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants,(popularité : 69 %)

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...,(popularité : 45 %)

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale ! ,(popularité : 5 %)

Burundi : La lèpre, une maladie qui frappe encore la population burundaise ,(popularité : 4 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 4 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 4 %)

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés,(popularité : 4 %)

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent,(popularité : 4 %)

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent ,(popularité : 4 %)

Ex-Etat : pas de défis majeurs sauf quelques absences et retards ,(popularité : 3 %)