Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable




Par: Isanganiro , mercredi 10 février 2016  à 11 : 41 : 49
a

Les habitants de la commune Gihanga dans la province de Bubanza sont confrontés au manque criant d’eau potable sur toutes les collines, ce qui cause régulièrement les maladies des mains sales puisqu’ils utilisent l’eau sale des rivières et des canaux d’irrigation. Ceux qui le peuvent achètent , à de très grandes distances ,l’eau potable à un prix exorbitant, entre 500 et 700 fr bu un bidon de vingt litres.

« Nous avons vraiment besoin de l’eau potable..Vous voyez, ici à Kagwema, nous buvons cette rivière-là, la Rusizi. C’est une eau très sale. Nos enfants sont menacés par les verminoses. Nous sommes souvent attaqués par le choléra et la dysenterie », déplore une femme rencontrée au bord de la Rusizi. Elle demande aux autorités de mettre en application leurs promesses puisqu’elles ne cessent de dire que les projets d’adductiond’eau potable sont en cours.

Les enfants qui font quotidiennement de longues distances , de leur village de Kagwema jusqu’à la Rusizi disent également qu’ils sont fatigués, d’abord de ce trajet, ensuite de cette eau sale qui ne fait que leur causer des maladies.

« Certains de nos amis sont déjà noyés, quand il y a eu beaucoup de pluies et que la rivière déborde, nous ne pouvons pas puiser, c’est dangereux. Nous y voyons aussi quelques fois des hippopotames. Que les autorités comprennent que l’eauc’est la vie, nous avons besoin de vivre », se désolent les enfants rencontrés de retour de la Rusizi, avec de petits bidons sur la tête.

L’eau propre est donc rare et même introuvable sur plusieurs collines de cette commune de Gihanga. A Rugunga, les gens contactés sur place indiquent qu’ils utilisent l’eau sale des canaux d’irrigation.

« Celui qui parvient à avoir de l’argent achète un bidon de vingt litres à 700Fr.Vous vous imaginez ça ! Cesdépenses pour un paysan qui ne touche jamais dix mille Frdans ses mains dans une année !

Cette question a été beaucoup soulevée lors de la dernière descente des sénateurs et parlementaires élus dans la circonscription de Bubanza sur cette colline de Rugunga. L’honorable Ntisezerana Gabriel a indiqué que ce problème est connu et qu’on est entrain de voir comment le résoudre même si les sources de captage sont très éloignées, a-t-il précisé.

Le chef-lieu de la commune Gihanga supposé doté d’eau potable ne dispose que 12 bornes fontaines publiques qui affichent régulièrement un déficit suite à un manque d’entretien de la source de captage de Nyakabanda située en commune Rugazi selon le fontainier communal.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

282 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Rumonge : L’ACPDH aux côtés des rapatriés et vulnérables du site Gahore,(popularité : 13 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 13 %)

Le centre d’assistance intégrale pour les victimes des violences sexuelles moins connu à Muyinga.,(popularité : 12 %)

Sorbonne, SIHO et HCR ouvrent l’université des réfugiés au Burundi en septembre ,(popularité : 12 %)

Le Burundi affiche une malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans,(popularité : 12 %)

Inhumation ce jeudi de la mère de l’héros de la démocratie,(popularité : 11 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 11 %)

Muyinga : Des activités visant la fidélisation des démobilisés du CNDD-FDD en cours ,(popularité : 11 %)

Burundi : Les chiffres des personnes vivant avec handicap mental vont augmentant,(popularité : 11 %)

Désiré Niyondiko n’est plus, son épouse et son guide spirituel témoignent ,(popularité : 11 %)