Les jeunes de Buganda ne veulent plus la guerre


La jeunesse qui constitue une force importante dans le maintien de la paix et la sécurité, est aussi une cible des politiciens qui l’exploitent pour leurs intérêts. Les jeunes affiliés aux différents partis politiques en commune Buganda affirment que dans tous les conflits qu’a connus le pays, ils ont toujours été les premières victimes.



Par: Isanganiro , mercredi 10 février 2016  à 18 : 30 : 18
a

« Cibitoke a été le théâtre de la guerre depuis des années. Nous avons constaté que ce sont nos frères qui meurent lors des affrontements armés. Sur ce, la guerre n’a plus de place dans notre pays », indique Antoine Habarugira, vice-président des jeunes imbonerakure du CNDD-FDD en commune Buganda. Il soutient que les jeunes burundais devraient plutôt développer un sens de vision pour leur patrie.

Ce numéro deux des imbonerakure à Buganda précise que la guerre qu’a connue le pays a occasionné beaucoup de dégâts humains et matériels. « Nous avons utilisé nos forces pour détruire des écoles, des hôpitaux et d’autres infrastructures importantes. Il est temps, si pas tard aujourd’hui, d’utiliser la même force pour construire notre pays. »

De son côté, Daniel Ndimurwanko, représentant des jeunes du FNL, aile d’Agathon Rwasa, indique que la guerre n’a plus de place au sein de son parti.Pour lui, la jeunesse burundaise devrait peser le pour et le contre dans la crise que vit le Burundi depuis fin avril 2015.

Thomson Sinzoyirwanya, lui, est le chef du centre jeune de Buganda. Il est convaincu que la guerre n’est pas une solution aux problèmes burundais. Il tient à préciser une chose : « Que ce soit les jeunes du parti au pouvoir, ou ceux d’autres partis politiques, ou encore ceux qui ne sont affiliés dans aucune formation politique, tous doivent savoir qu’ils sont burundais ».

Antoine, Daniel et Thomson, respectivement du Cndd-Fdd, Fnl et sans parti politique, nous les avons rencontrés tous ensemble au chef-lieu de la commune Buganda. Ensemble, ils partagent un verre, bavardent, sourient, … et convergent sur un fait : "Avant d’adhérer à un parti politique, ou à une organisation de la société civile, ou d’être qui que ce soit dans son pays, on est humain, et on n’a aucun droit de tuer son prochain".




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

376 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 6 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 6 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 5 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 5 %)

Bujumbura : Que devient le prochain round d’Arusha ?,(popularité : 4 %)

Un tollé autour d’une probable autre ‘’triste loi’’sur la TVA,(popularité : 4 %)

Une journée du combattant qui divise ,(popularité : 3 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 3 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

Les acteurs politiques ont-ils besoin de la CVR ?,(popularité : 3 %)