Gitega : Des barrières pour mieux contrôler les motards


L’association des motards du Burundi, section Gitega a déjà érigé des barrières à des endroits connus. Elles ont pour objectif de mieux contrôler ceux qui exercent ce métier et traquer des malfaiteurs qui pourraient s’infiltrer parmi eux.



Par: Isanganiro , vendredi 12 février 2016  à 12 : 14 : 36
a

L’Amotabu Gitega se dit engagée dans ce contrôle. Tout motard doit adhérer à cette association selon son président Jadot Nzitunga. Il indique que l’on a déjà commencé à recenser tous les motards opérant dans toute la province.

Jadot Nzitunga s’inquiète qu’il y ait des malfaiteurs qui ont pour mission d’infiltrer les motards dans le but de troubler l’ordre public, ou tout au moins la circulation routière. Il insiste ainsi sur le fait que tout conducteur de taxi moto a le devoir de s’inscrire à cette association et s’engager à observer son règlement d’ordre intérieur.

Curieusement, les motards voient d’un autre œil l’objectif central de l’association dont ils sont forcés d’être membres. Un d’eux qui souhaite garder l’anonymat renseigne que l’installation de ces barrières est une forme de leur soutirer de l’argent. « Chaque fois que l’on passe à ces endroits, dit-il, on doit payer une somme de 500 francs Bu ». Il trouve que la destination de cet argent reste encore cachée.

Un autre garde par ailleurs un mauvais souvenir. Il fait savoir qu’en 2012, il a eu un accident. Alors qu’il devait payer une somme de 750 mille francs Bu pour se faire soigner, il regrette que son association ne l’ait aidé en rien.

Les motards de Gitega demandent que leur association soit réorganisée et qu’un comité de gestion soit mis en place pour une gestion transparente de l’argent collecté.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

370 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 11 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 11 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 11 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 11 %)

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille,(popularité : 10 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 10 %)

EDUCATION/Pas de désœuvrement dans les classes de 9 ème à kabezi,(popularité : 10 %)

Pose de la première pierre du bâtiment de la présidence par le numéro un burundais,(popularité : 10 %)

Père Noel donne la joie aux touts petits,(popularité : 10 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 10 %)