Insuffisance des toilettes dans les lieux publics à Bujumbura




Par: Isanganiro , samedi 13 février 2016  à 13 : 25 : 21
a

La salubrité à Bujumbura reste à désirer dans certains endroits. Parmi les éléments manquants, les toilettes. Ce sont surtout les banques et les parkings

En plein centre –ville Bujumbura les passants n’ont qu’un seul lieu pour se soulager c’est bien à l’ancien marché central de Bujumbura. A 200 mètres plus loin nous sommes au Palais des arts et de la culture ( ex. Province) les passants qui n’ont pas 200 frs bu pour payer les toilettes de l’ex marché se débrouille autrement en se soulageant en plein air.

Au parking des bus transports en commun travaillant sur le tronçon des quartiers sud ( Kanyosha, Musaga, Ruziba,…) non loin du bâtiment ex Cameo, les convoyeurs de bus et les rabatteurs utilisent des toilettes des particuliers moyennant une somme de 200 fbu pour se soulager. Le propriétaire de la maison a même un travailleur qu’il paie et qui veille à la propreté de ces toilettes.

A l’autre parking qui se trouve en face de la paroisse saint Michel non loin de l’école primaire Notre Dame, les convoyeurs, les chauffeurs, et les rabatteurs devaient prendre tout un voyage vers les toilettes de l’ ex-marché centrale, alors que certains se soulagent sous les arbres. Peut-être que pour eux, la question tend au dénouement puisque la paroisse saint Michel est en train de construire des sanitaires payables pour eux.

Les banques sont aussi d’autres institutions sans latrines publiques. La grande majorité des institutions bancaires de Bujumbura n’ont pas des toilettes destinées à leurs clients au moment où ils peuvent passer plus d’une heure avant d’être servi.

Et pourtant ce problème semble ne pas éveiller la curiosité de l’autorité publique pour obliger la construction des latrines publiques pour les gens qui les fréquentent.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

173 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats





Les plus populaires
Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants,(popularité : 31 %)

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...,(popularité : 13 %)

Peut- on en arriver jusque là au nom de l’amour ?,(popularité : 5 %)

Burundi : L’enseignement supérieur en difficultés,(popularité : 5 %)

Tentative de viol à Cibitoke : Une affaire politique ou pénale ? ,(popularité : 5 %)

Persistance de la grève à l’ENS,(popularité : 5 %)

Education : Les parents appellent les deux parties à s’entendre ,(popularité : 5 %)

L’OIM plaide pour des rapatriés Burundais,(popularité : 5 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 5 %)

Burundi : Journée internationale des consommateurs sur fond de grogne,(popularité : 5 %)