Cibitoke /Réussite dans la réintégration sociale d’anciens enfants soldats


Certains anciens anciens enfants soldats réussissent leur intégration sociale. Après leur démobilisation précédée par quelques années de guerre, les uns ont pu retourner à l’école, les autres exercent d’autres métiers qui génèrent de revenus.



Par: Isanganiro , lundi 15 février 2016  à 05 : 46 : 24
a

NDIKUMANA Edison est un ancien enfant soldat, originaire de la commune Mabayi. Il était combattant au sein du Mouvement PALIPEHUTU-FL qui combattait le Gouvernement du Burundi. Il indique avoir été enrôlé dans ce mouvement à l’âge de 15 ans et a été démobilisé à l’âge de 17 ans.

Edison NDIKUMANA travaille aujourd’hui pour une société de gardiennage au chef-lieu de la Province CIBITOKE. Il est content de cette réintégration sociale, qui lui génère de sources de revenue.

Gaston HARERIMANA natif du chef-lieu de Cibitoke est aussi ancien enfant soldat. Il est aujourd’hui dans la classe terminale des Humanités Générales après sa démobilisation en 2009. Il avait été enrôlé dans le maquis à l’âge de 17 ans et était en 8 ème secondaire.

Gaston HARERIMANA est fier aujourd’hui de la réussite de sa réintégration scolaire et demande aux autres enfants soldats démobilisés comme lui de quitter les ligalas pour exercer n’importe quel métier.

L’Administrateur de la commune Rugombo salut cette réintégration sociale réussie pour certains d’ex-enfants soldats. Béatrice KADERI demande aux enfants de sa commune de faire sourde oreille à ceux-là qui puissent de nouveau les recruter pour aller dans le maquis.

L’Administrateur communal de Rugombo le dit au moment où il s’annonce la naissance de groupes armés à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

A noter qu’en 2006 lors du processus de démobilisation des anciens combattants, la branche de l’ONU qui s’occupe des enfants l’Unicef a pu dénombrer 3.300 enfants soldats démobilisés. Ils étaient issus de 5 Mouvements armés, les corps de défense et de sécurité et les gardiens de la paix.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

163 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 5 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 4 %)

Imaginez avoir des petits-enfants qui ne sont pas capables de parler votre langue,(popularité : 3 %)

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika ,(popularité : 3 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 3 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 3 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 3 %)

Burundi : La rentrée scolaire s’annonce avec une panique aux élèves du lycée Makamba,(popularité : 2 %)

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi,(popularité : 2 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 2 %)