L’UE réfléchit encore sur la suspension de l’aide directe au gouvernement


Dans leur réunion de ce lundi à Bruxelles, les ministres des relations extérieures des pays membres de l’Union Européenne ont noté l’échec des consultations du 8 décembre l’année dernière à amener le Burundi à respecter l’Accord de Cotonou dans le cadre de l’article 96. Cependant, l’UE ne s’est pas prononcée pour contre la suspension de l’aide directe au gouvernement.



Par: Isanganiro , mardi 16 février 2016  à 13 : 09 : 08
a

Dans la déclaration finale de cette réunion, l’UE se dit prête appuyer les actions humanitaires pour assister la population. Elle réaffirme également sa volonté de continuer à appuyer la population dans le cadre des activités de développement.

L’UE redoute la complication de la situation à cause de la fragilité économique du pays si la crise venait à perdurer. Cette organisation regrette que le Burundi soit encore le théâtre de la violence et de violation des droits de l’homme. Elle promet de prendre des mesures appropriées en cas d’absence d’évolution positive de la situation. Sur la période 2015-2020, l’appui de l’UE au Burundi s’élevait à 430 millions d’euros, de quoi occuper la première place de donateur du pays.

L’UE condamne toute tentative d’utilisation de la force pour régler la crise au Burundi. « Les récentes attaques des rebelles armés sont inacceptables comme ça l’est pour l’usage disproportionné de la force de la part des forces de l’ordre », peut-on lire dans la déclaration.

L’UE insiste que toute personne qui se rend coupable de violations des droits de l’homme sera tenu responsable de ses actes et sera traduite devant la loi, il sera ainsi pour toute personne qui est un obstacle à une solution politique dans le sens indiqué par l’Union Africaine et la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est.

L’UE trouve que seul le dialogue politique inclusif, sous la médiation internationale et conformément à l’Accord d’Arusha et la Constitution, peut fournir une solution à la crise burundaise. Cette organisation estime que le dialogue inter-burundais devait reprendre dans l’urgence et sans conditions.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

256 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 10 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 7 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 7 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 4 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 4 %)

Muyinga : La Tanzanie et le Burundi clarifient leurs frontières ,(popularité : 3 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 3 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 3 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 3 %)

ONU : Soutenons ce pays en exigeant encore,(popularité : 3 %)