Les commerçants burundais devraient songer à exporter




Par: Isanganiro , mardi 16 février 2016  à 20 : 29 : 11
a

Les commerçants devaient plutôt exporter au lieu de compter sur des importations afin de faire entrer des devises au pays, suite au désistement des partenaires internationaux du Burundi qui ont suspendu leurs financements. Tels sont les propos du représentant du Gouverneur de la BRB dans la réunion que le ministère du commerce, de l’industrie et du tourisme, Pélate Niyonkuru, a organisée au chef-lieu de la province Gitega ce mardi à l’intention des représentants des commerçants venus de toutes les provinces.

Cette réunion était pour une concertation avec les commerçants afin de redynamiser le secteur commercial du Burundi.

Dans cette réunion, les commerçants ont fait part des difficultés à obtenir les devises quand ils ont besoin d’aller à l’extérieur pour importer des marchandises.

A cet effet, le représentant du Gouverneur de la BRB, Audace NIYONZIMA, a indiqué aux commerçants que la BRB est à court de devises. Ce cadre de la Banque Centrale a fait savoir que ceux qui ont droit aux devises sont les importateurs des médicaments, du pétrole et des engrais chimiques.

L’autre problème soulevé par les commerçants est lié à l’activité de l’Office Burundais des Recettes, OBR. Ils disent que certains agents de l’OBR et la police ne sont pas à la hauteur de leur tâche en ce qui est du processus de vérification des produits importés.

Cependant, le commissaire chargé des impôts intérieurs à l’OBR a fait savoir que l’année passée, 7 travailleurs de l’OBR ont été limogés et que 3 autres ont perdu leur travail depuis le début de l’année à cause de leur mauvaise conduite. Il leur a informé de l’ouverture d’un numéro vert à l’OBR afin de permettre à ces commerçants de pouvoir dénoncer les vérificateurs incompétents.

Le commissaire régional de la police OPC1 Thaddée Birutegusa a dit qu’il est au courant que certains policiers sont corrompus et qu’ils sont sérieusement sanctionnés chaque fois qu’ils sont attrapés.

Les commerçants ont également soulevé la rareté du sucre et la hausse de son prix. Le directeur commercial de la SOSUMO, Jean Claude Cibogoye, demande à l’administration de jouer convenablement son rôle et de punir les commerçants qui augmentent les prix comme ils veulent afin de s’assurer que le prix officiel soit respecté. Il s’agit de 1750fbu par kilo et le sac de 50 kilos est à 82 milles fbu alors que, dans un dépôt d’un commerçant, le sac de 50 kilos coûte 87 milles fbu. Ceci est tel alors que dans certains endroits un sac de 50 kilos coûte jusqu’à 100 mille fbu.

La ministre du commerce, de l’industrie et du tourisme a exhorté les commerçants de commencer à exporter beaucoup plus afin de faire entrer les devises mais également d’entrer en compétition avec les autres pays membres de l’EAC.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

369 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Treize marchés brulés depuis 2001 : Les commerçants se lèvent,(popularité : 4 %)

Burundi : Certains agents de banque accusés de corruption dans l’octroi des crédits,(popularité : 4 %)

Burundi : "A quel prix se vend le ciment burundais ?", s’interrogent les vendeurs,(popularité : 3 %)

Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 3 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 3 %)

L’ARCT procède au balayage des opérateurs télécom fantômes au Burundi ,(popularité : 3 %)

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 2 %)

Une des campagnes clés pour la transparence économique,(popularité : 2 %)

L’Onu reste au côté du Burundi ,(popularité : 2 %)

Une politique de charroi zéro pour la croissance budgétaire au Burundi ,(popularité : 2 %)