Les Etats Unis d’Amérique toujours préoccupés par la situation au Burundi


L’Ambassadeur des États-Unis au Burundi Dawn Liberi et l’Envoyé spécial des États-Unis pour la Région des Grands Lacs Thomas Perriello ont rencontré le Président Nkurunziza, autres hauts fonctionnaires du gouvernement, et quelques représentants de la société civile afin de poursuivre les discussions sur le dialogue inclusif, un espace démocratique ouvert, et la sécurité au Burundi, le 19 au 21 février 2016.



Par: Isanganiro , dimanche 21 février 2016  à 05 : 36 : 55
a

Le Gouvernement des États-Unis accueille favorablement la condamnation de la part du président Nkurunziza à Cibitoke de la rhétorique violente et haineuse, et son affirmation que les auteurs de ce langage doivent être sanctionnés.
Les États-Unis apprécie également la déclaration publique du Président Nkurunziza que tous les burundais, y compris ceux qui ont fui le pays, doivent participer au dialogue politique inclusif afin de tracer le chemin de paix pour le Burundi.

L’Ambassadeur des États-Unis au Burundi et l’Envoyé spécial ont également profité de l’opportunité le 20 février 2016 de se joindre à la population dans un effort commun afin de jeter les bases d’une nouvelle école. Le Gouvernement des États-Unis continue de démontrer sa solidarité envers tous le burundais qui veulent éduquer et élever leurs enfants dans un environnement sécurisé et pluraliste au Burundi.

Le Gouvernement des États-Unis tient compte de l’autorisation du gouvernement Burundais de la réouverture de deux chaines de radio privées. Cependant, le gouvernement des États Unis demandent que cette autorisation de réouverture soit accordée à toutes les stations de radio privées au Burundi, ainsi que soit établies les
conditions favorables pour le retour des journalistes indépendants sans plus tarder. Une telle action confirmerait que le gouvernement s’est engagé à promouvoir la liberté des médias tel que garanti par la constitution du Burundi ainsi que l’Accord d’Arusha. Une telle action confirmerait également le droit de la population à être bien informé, non seulement le droit des journalistes, mais aussi celui de tous les Burundais d’avoir accès à un media diversifié.

Le Gouvernement des États-Unis souligne de nouveau au Gouvernement du Burundi l’importance de prendre des mesures supplémentaires, comme celles mentionnées ci-haut, au cours des deux prochaines semaines. La visite prévue durant cette période du Secrétaire général des Nations Unies et de plusieurs chefs d’État africains atteste l’importance de faire rapidement un pas vers la réconciliation de tous les burundais indépendamment de leur orientation politique. La restoration de la paix nécessite un avancement immédiat.

Les deux prochaines semaines représentent donc un carrefour bien défini pour le Gouvernement du Burundi. Pendant cette période, le gouvernement recevra des délégations de très haut niveau de l’Organisation des Nations Unies et de l’Union Africaine, avant le sommet de la Communauté de l’Afrique de l’Est. Le Gouvernement des États-Unis demande instamment au Gouvernement du Burundi de ne pas rater cette occasion pour aller de l’avant sur la voie de la restauration de l’espace démocratique, de permettre l’entrée d’observateurs indépendants de l’Union Africaine, et de se mettre d’accord sur une date pour la reprise du dialogue régional. Il est maintenant temps de prendre des mesures concrètes pour restaurer à la fois l’esprit et la lettre de l’Accord d’Arusha.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

641 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 7 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 4 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 4 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 4 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 4 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 4 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 4 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 4 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 4 %)

Le refoulement d’Alexis Sinduhije serait retardé d’une semaine ,(popularité : 3 %)