Cabiza, un terrain en dispute entre deux ministres




Par: Isanganiro , lundi 22 février 2016  à 10 : 52 : 12
a

La localité de Cabiza se trouve dans la réserve naturelle de la Rukoko, tout au long de la rivière Rusizi. Environ cinq mille ménages y habitaient depuis 1996 Et ce n’est qu’en 2011 qu’ils ont été obligés de déménager pour laisser libre cet espace dit protégé. Ce terrain de plus de mille hectares est donc disputé entre le ministère de l’environnement qui le place dans la réserve naturelle de la Rukoko et le ministère de l’agriculture qui dit que Cabiza est une réserve cotonnière depuis longtemps.

Ces populations ont été déplacées vers le village de paix de Kagwema et n’ont même plus le droit d’aller cultiver sur cette terre qu’ils ont illégalement occupée pendant plus de vingt ans.

« Nous n’avons jamais compris pourquoi les autorités nous ont chassés de ce terrain qui est vacant jusqu’aujourd’hui. On explique qu’il fait partie de la réserve naturelle de la Rukoko, mais on y recevait vraiment de bonne récoltes de coton chaque année », se lamente Misago Etienne père de cinq enfants, et originaire de la province Kayanza.

« On a perdu 600 hectares de champs de coton depuis que ces habitants de Cabiza ont été déplacés . La COGERCO a connu un certain déficit dans ses productions. Oui, j, en conviens, la réserve doit êtreprotégée mais ces personnes cultivaient juste à côté,pas àl’intérieur, on devrait voir comment allier l’agriculture et la protection de la réserve », indique un agronome de cette société rencontré à Gihanga.

Lors de leur descente à Cabiza justement pour cette question au début de ce mois, le ministre de l’environnement et celui de l’agriculture et de l’élevage ont tous convergé sur la nécessité de l’agriculture et en même temps la sauvegarde de l’environnement. C’est la raison pour laquelle une commission va être mise en place pour voir comment reprendre la culture du coton à Cabiza tout en sauvegardant l’environnement, ce qui a donné aux anciens occupants une lueur d’espoir de reprendre l’agriculture sur ce terrain.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

529 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo





Les plus populaires
Le secteur de l’éducation "en ruine" !,(popularité : 100 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 7 %)

L’OIM plaide pour des rapatriés Burundais,(popularité : 6 %)

Le prix du sucre à la hausse,… vie chère ,(popularité : 6 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 6 %)

Région des Grands Lacs : Un peuple blessé dans le besoin de guérison,(popularité : 6 %)

Une brèche pour l’impunité des cas de viol ,(popularité : 6 %)

Burkina Faso : Deux jeunes dont un burundais inventent un savon anti malaria,(popularité : 6 %)

L’épidémie de choléra à l’ETS Kamenge,(popularité : 6 %)

La CNTB satisfaite de ses réalisations ,(popularité : 6 %)