La CNDI clôture ses descentes provinciales en province Rumonge


Rumonge a été la dernière province qui a accueilli la Commission national de dialogue inter burundais ce lundi 22 février 2016 à Gitaza en commune Muhuta. Certains parmi ceux qui se sont exprimés publiquement veulent la révision de la constitution et la suppression des accords d’Arusha et d’autres s’y opposent carrément.



Par: Isanganiro , lundi 22 février 2016  à 19 : 22 : 37
a

Comme cela a été dans les autres provinces du Burundi, les participants dans ce dialogue devraient répondre à une seule question :"Quelle stratégie adopter pour assoir la démocratie au Burundi ?" Certains proposaient la révision dans les meilleurs délais de la constitution et la suppression de l’accord d’Arusha, l’intégration des anciens combattants dans l’armée et la police. D’autres voudraient des changements progressifs et d’autres encore trouvent inopportun ce dialogue.

Ceux qui prônent la révision de la constitution voudraient la suppression de la rubrique concernant les mandats présidentiels et les quotas ethniques prévus par l’accord d’Arusha dans les instances dirigeants le pays. Pour eux, ce sont essentiellement ces deux éléments qui divisent les burundais et qui sont à l’origine de la crise que traverse le Burundi.

Par ailleurs, les anciens combattants encore jeunes appelés aussi réservistes devraient être enrôlés dans l’armée ou la police. Les défenseurs de cette idée estiment que ceux qui veulent déstabiliser le pays s’appuient sur les jeunes.

D’autres estiment que si changements devraient, il faut y aller progressivement. Ils trouvent que le moment propice pour opérer la révision de la constitution ou la suppression de l’accord d’Arusha n’est pas celui-ci où certains burundais ont fui le pays. Des discours constructifs et le respect mutuel contribueraient plutôt à apaiser les tensions.

D’autres enfin estiment que ce dialogue n’a même pas la raison d’être. Selon un tenant de cette opinion, les politiques burundais se comportent en enseignants : ils posent une question sachant déjà la réponse. Selon cet intervenant, que les politiciens burundais cessent de fatiguer la population.

Cette séance a vu le passage de Réverien Ndikuriyo, président du sénat burundais. Il conduisait une délégation des sénateurs de la région des grands lacs avec à la tête le président du sénat kenyan et accompagnés des présidents des commissions permanentes à l’Assemblée Nationale et au sénat burundais. Le sénateur Ndikuriyo a indiqué qu’il voudrait que ces visiteurs puissent eux-mêmes constater ce qui se passe sur les collines de ce petit pays de l’Afrique orientale qui fait la une de plusieurs journaux du monde ces derniers jours.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

275 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques



a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda





Les plus populaires
Sénatoriales en cours à travers le pays,(popularité : 5 %)

Investiture des administrateurs communaux issus des élections de 2015,(popularité : 5 %)

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Un nouveau document de voyage dans la zone CEPGL bientôt en circulation,(popularité : 4 %)

Une histoire de la nyakurisation politique ,(popularité : 4 %)

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 2 %)

L’opposition rejoint le train en marche,(popularité : 2 %)

Politique : Quatre ministres du gouvernement mis à la porte,(popularité : 2 %)

Burundi : Samantha Power appelle au respect des droits de l’homme et la Constitution ,(popularité : 2 %)