Radio Isanganiro : Le coût des dégâts se chiffre à des centaines de millions


Au 6ème jour après la levée de la mesure empêchant le personnel à accéder aux locaux de la Radio, la direction de la radio Isanganiro déplore l’ampleur des dégâts causés par une attaque menée, le 14 mai dernier, contre les installations de cette radio. Samson Maniradukunda estime à plus de 350 millions le coût des dégâts, de quoi affecter le fonctionnement de la radio s’indigne- t-il.



Par: Isanganiro , mercredi 24 février 2016  à 18 : 55 : 25
a

« Le montant de 350 millions est provisoire », indique le Directeur a.i de la Radio Isanganiro. L’heure est au décompte, a-t-il précisé. Parmi les dégâts jusqu’ici constatés, Samson Maniradukunda cite entre autres le studio principal, l’émetteur central, les récepteurs, plusieurs ordinateurs et 5 véhicules dont 3 jeeps et une hiace qui ont été criblés de balles.

« Malgré l’énormité des dégâts, nous sommes en train de voir comment trouver un émetteur pour reprendre incessamment nos émissions », le Directeur de la Radio Isanganiro rassure. Il promet aux auditeurs de la radio que si tout va bien, la radio commencera ses émissions dès la fin de cette semaine ou au plus tard le début de la semaine prochaine.

Samson Maniradukunda fait remarquer que la radio reprend ses activités sans sou. Après 9 mois d’interruption d’émission, nous n’avons plus de fonds propres, dit-il. « Nous avons besoin d’argent pour remplacer le matériel et le charroi détruits, remettre au travail nos 23 journalistes dont les contrats ont été clôturés ou suspendus et 11 travaillant à temps partiel dont 8 correspondants et recruter d’autres », précise ce responsable.

Le Directeur de la Radio Isanganiro appelle les bailleurs, les anciens et les nouveaux, d’appuyer la radio pour pouvoir servir la nation en diffusant des programmes de qualité comme il en est d’usage.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1049 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 14 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 14 %)

Burundi : La lèpre, une maladie qui frappe encore la population burundaise ,(popularité : 12 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 11 %)

Rumonge : Les personnes vivant avec le VIH/SIDA en difficultés,(popularité : 11 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 11 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 10 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 10 %)

Société : Anniversaire de la Radio Isanganiro, un ouf de soulagement aux familles de Cashi,(popularité : 10 %)

Mwaro : La pression démographique, un défi à l’enseignement,(popularité : 10 %)